Violences à Paris : le bilan coûteux des petits commerces

Cibles des casseurs, les commerces situés sur le chemin des manifestants ont été particulièrement endommagés samedi 1er décembre.

Samedi 1er décembre, les casseurs n'ont pas épargné la vitrine du fleuriste Patrick Veyrat. Mais pour ce commerçant, pas question de rester fermer. "On va mettre des vitres en plastique pour que l'on puisse voir de l'extérieur", explique l'artisan. Il dit comprendre la colère des "gilets jaunes", mais il en dénonce la violence. A l'intérieur de son magasin, il a gardé les pavés qui ont brisé sa vitrine. "Ils ont fait ça sans discernement", déplore ce petit commerçant.

Des petits commerçants touchés

Un magasin saccagé, des rayons pillés et des vitrines endommagées, voici le bilan des violences du week-end pour ce supermarché de quartier. Depuis dimanche 2 décembre, les employés se relaient pour tout remettre en état le plus vite possible, parfois le cœur lourd. Les dégâts sont importants dans ce petit restaurant du boulevard Haussmann. "Toutes les vitrines ont été cassées, les alcools et la caisse volés", détaille Sandrine Benoit, la propriétaire. Tous craignent que la casse se poursuive samedi 8 décembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne