Vinci Autoroutes va envoyer une facture aux automobilistes passés pendant les opérations "péage gratuit" des "gilets jaunes"

Le péage de Narbonne vandalisé en marge de la mobilisation des \"gilets jaunes\" le 3 décembre 2018.
Le péage de Narbonne vandalisé en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" le 3 décembre 2018. (IDRISS BIGOU-GILLES / HANS LUCAS / AFP)

L'entreprise compte identifier les véhicules passés sans payer à l'aide des caméras de surveillance installées sur les péages. 

Si vous êtes passé gratuitement à un péage grâce aux "gilets jaunes", attendez-vous à recevoir la note. Vinci Autoroutes va demander aux automobilistes qui ont bénéficié des opérations "péage gratuit" de bien vouloir s'acquitter des droits de passage. Le groupe a confirmé à franceinfo cette information du Dauphiné, lundi 17 décembre.

Vinci Autoroutes explique qu'"il s'agit juste d'appliquer une procédure de régularisation" et que les conducteurs ne se verront pas infliger de "pénalités". L'entreprise compte identifier les usagers passés sans payer à l'aide des caméras de surveillance installées sur les péages et les relancer par courrier postal. Les sociétés d'autoroutes ont en effet accès au fichier des plaques d'immatriculation du ministère de l'Intérieur.

Vinci Autoroutes assure que "beaucoup de clients ont déjà contacté d'eux-mêmes le service clients pour régler leurs trajets". La société les "remercie" d'ailleurs pour "leur civisme". Les abonnés des autoroutes Vinci doivent, eux, s'attendre à être contactés par le service clientèle "dans les prochains jours"

"Près de 250 sites" touchés

Dimanche, le groupe a estimé à "plusieurs dizaines de millions d'euros" le montant des dégâts commis sur l'ensemble de son réseau lors des manifestations des "gilets jaunes" depuis un mois. "Près de 250 sites ont ainsi été impactés quotidiennement par les actions des manifestants", selon le communiqué de Vinci Autoroutes.

Les mises à feu volontaires ont notamment détruit six bâtiments d'exploitation, dont la direction régionale de Narbonne, 33 véhicules d'intervention, 15 échangeurs et plateformes de péage, et dégradé de nombreuses chaussées, détaille l'exploitant. Vinci Autoroutes dénonce également "des dizaines d'actes de vandalisme", dont des dégradations commises sur des caméras de sécurité, des glissières et des panneaux de signalisation, et "des centaines de tonnes de détritus enlevés" autour des "campements" construits par les manifestants.

Vous êtes à nouveau en ligne