VIDEO. "On se croit revenu sous le régime de Vichy", lance un député pour critiquer la "loi anti-casseurs"

Le député Charles de Courson siège à l\'Assemblée nationale à Paris, le 17 octobre 2017.
Le député Charles de Courson siège à l'Assemblée nationale à Paris, le 17 octobre 2017. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Charles de Courson, fils de résistant, s'est exprimé lors des débats à l'Assemblée nationale, mercredi soir.

"C'est une pure folie", a-t-il martelé. Lors des débats sur la "loi anti-casseurs" à l'Assemblée nationale, mercredi 30 janvier, le député UDI Charles de Courson n'a pas caché son opposition. "Où sommes-nous ? C'est la dérive complète", a-t-il déclaré, avant d'ajouter une comparaison qui a fait réagir l'hémicycle : "On se croit revenu sous le régime de Vichy. Je dis bien le régime de Vichy."

"Réveillez-vous"

Charles de Courson s'exprimait contre la possibilité, désormais accordée, aux préfets de prononcer des interdictions de manifester, disposition clé de la proposition de "loi anti-casseurs". "Réveillez-vous mes chers collègues", a lancé l'élu, fils de résistant, aux députés. 

Il n'est pas le seul à s'y être opposé. La gauche est montée au créneau contre la mesure sur les interdictions, dénonçant des "lettres de cachet" (PS) ou une "loi de circonstance" (PCF) face aux "gilets jaunes", s'attaquant "aux libertés fondamentales de tout un peuple" et introduisant dans le droit commun une mesure permise dans le cadre de l'état d'urgence (LFI).

Vous êtes à nouveau en ligne