VIDEO. "Il n'y a pas pire pour les déficits publics qu'un pays fracturé", juge François Bayrou

RADIO FRANCE

Le président du MoDem a défendu, mardi, "un investissement sur l'unité du pays", tout en maintenant "la lutte contre les déficits publics" comme une nécessité. 

"Il y a des moments dans la vie où il faut faire des investissements pour que le futur devienne possible", a réagi le président du MoDem, mardi 11 décembre sur franceinfo. 

>>DIRECT. "Gilets jaunes" : après les annonces du chef de l'Etat, les réactions et le détail des mesures par le Premier ministre

Interrogé sur une hausse possible du déficit public, due au financement des mesures annoncées par Emmanuel Macron face à la crise des "gilets jaunes", François Bayrou a estimé qu'"il n'y a pas pire pour les déficits publics qu'un pays fracturé". C'est un "investissement sur l'unité du pays", a-t-il poursuivi, insistant toutefois sur "la nécessité de lutter contre les déficits publics".

Pour autant, faut-il déroger à la règle européenne des 3% du PIB de déficit ? "Sans doute y aura-t-il des interrogations à cet égard, de la politique de la Banque centrale européenne (BCE) par exemple", a répondu François Bayrou. "Quand vous regardez par exemple le travail de la Banque centrale américaine, le travail de la Banque centrale japonaise, où le chômage est à 3% et à 2%, et que chez nous, dans toute l'Europe, on a un chômage à 9% (...), il faut que les pays européens, entre eux, se posent la question de savoir quels sont les buts à atteindre", a-t-il déclaré. Selon le président du MoDem et maire de Pau, "on peut définir les buts et les enjeux de la BCE pour ajouter à ses missions le plein emploi"

Par ailleurs, "ce que le président de la République a dit est très important et c'est un nouvel acte qui s'ouvre", a jugé François Bayrou. "Il est très important que les choses changent et s'apaisent" sur le terrain, a-t-il ajouté 

Vous êtes à nouveau en ligne