VIDEO. "Gilets jaunes" : un fourgon de police attaqué et caillassé par des manifestants sur l'autoroute A7, à Lyon

Des policiers ont été pris à partie par des manifestants, le 16 février 2019 à Lyon, lors d\'une nouvelle mobilisation des \"gilets jaunes\". 
Des policiers ont été pris à partie par des manifestants, le 16 février 2019 à Lyon, lors d'une nouvelle mobilisation des "gilets jaunes".  (TWITTER / ALTERNATIVE POLICE)

L'autoroute était partiellement bloquée par les manifestants, hier. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a dénoncé sur Twitter une "violence insupportable". Les policiers ont filmé la scène depuis l'intérieur du véhicule.

"On est pris à partie par des manifestants. Vas-y, avance, avance", peut-on entendre dans la vidéo diffusée, samedi 16 février, par le syndicat de police "Alternative Police" sur Twitter. Selon les informations de LCI, des policiers de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) ont été attaqués à Lyon par des manifestants dans le cadre d'une nouvelle journée de mobilisation des "gilets jaunes".

Les CRS se trouvaient dans leur véhicule, pris dans un embouteillage en raison de l'invasion des voies par les "gilets jaunes", lorsque plusieurs personnes leur ont lancé divers projectiles. L'un d'eux monte même sur le capot du fourgon de police. Les fonctionnaires de police ont néanmoins pu sortir de la zone. 

"Violence insupportable"

Une photo du fourgon de police caillaissé a également été diffusée par le même syndicat sur Twitter.

Le ministre de l'Intérieur et le secrétaire d'Etat ont tout deux fait part de leur indignation sur le réseau social. Christophe Castaner a ainsi dénoncé "une violence insupportable" tandis que Laurent Nunez a assuré de son "indéfectible soutien" aux "policiers lâchement agressés"

La préfecture du Rhône a condamné "avec la plus grande fermeté l'attaque de CRS hier lors des manifestations de gilets jaunes à Lyon", dans un communiqué publié dimanche matin. "Ces policiers lâchement attaqués étaient là pour protéger les manifestants. Soutien total à nos forces de l'ordre", a ajouté le préfet.

Vous êtes à nouveau en ligne