VIDEO. Crise franco-italienne : les accusations des dirigeants italiens à l'encontre de la France

BRUT

Ce jeudi 7 février, en réaction aux condamnations jugées excessives des responsables italiens, la France a décidé de rapatrier l'ambassadeur d'Italie. 

Une guerre diplomatique fait rage entre la France et l'Italie. L'ambassadeur a été rappelé à Paris pour "consultations", paralysant ainsi les relations entre les deux pays. Cette décision est le fruit d'une série de condamnations jugées outrancières de la part des dirigeants italiens. Notamment des deux vice-Premiers ministres Luigi Di Maio et Matteo Salvini qui ont dressé, depuis plusieurs semaines, un réquisitoire accablant à l'encontre de la politique d'Emmanuel Macron. 

La crise migratoire 

Cheval de bataille de Matteo Salvini, la crise migratoire fait débat. Alors qu'Emmanuel Macron dénonçait fermement la "vague nationaliste" qui s'abattait sur l'Europe, le ministre de l'Intérieur italien a ironisé sur ses "leçons de générosité." "Je m'attends à ce que Macron accueille des dizaines de milliers de migrants qui demandent l'asile, puis on en reparlera", clame Matteo Salvini lors d'un discours. L'homme politique n'a cessé de réitérer ses remontrances à l'encontre du Président français.  

La colonisation en Afrique 

Luigi Di Maio, leader du mouvement 5 étoiles, s'en est également pris à la politique française qu'il juge colonisatrice. En effet, il soutient que la France s'enrichit en appauvrissant l'Afrique grâce au franc CFA. "C'est avec cette monnaie que l'on finance la dette publique française", prétend le politicien. Il est allé jusqu'à assigner le terme "colonies" aux États africains. Pour lui, cette colonisation est à l'origine des flux migratoires venus d'Afrique.  

Les gilets jaunes 

Enfin, les deux vice-Premiers ministres ont fermement soutenu les protestations des gilets jaunes. Luigi Di Maio a notamment tenu à rencontrer quelques manifestants en région parisienne. Quant à Matteo Salvini, il n'hésite pas à prendre appui sur ces contestations pour un tout autre projet : faire gagner le Rassemblement National aux élections européennes. En effet, il encourage vivement à voter pour Marine Le Pen qui serait, selon ses dires, quelqu'un de "sérieux", de "représentatif" et de "cohérent".

Cette crise franco-italienne est historique. La dernière fois que Rome s'est retrouvée démunie d'ambassadeur français, c'était en 1940. Cette année-là, Benito Mussolini entrait en guerre aux côtés de l'Allemagne nazie. 

Vous êtes à nouveau en ligne