VIDEO. Christophe Castaner : "Une violence policière, c'est un acte intentionnel pour blesser quelqu'un"

Interrogé au sujet d'un "gilet jaune" qui a reçu un coup de matraque à Besançon, le ministre de l'Intérieur a estimé qu'il ne s'agissait pas de violence policière.

Invité des "4 Vérités" de France 2, jeudi 4 avril, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner est revenu sur le cas du "gilet jaune" matraqué à la tête par un policier, lors d'une manifestation à Besançon le 30 avril. Refusant de parler de violence policière dans cette scène filmée par une journaliste locale, le ministre a donné en sa définition : "Une violence policière, c'est un acte intentionnel pour blesser quelqu'un." Dans le cas de Besançon, le ministre a cette fois répondu qu'il y avait "une enquête". "Donc je ne vais pas me prononcer sur le sujet", a-t-il ajouté.

Plus de 200 enquêtes ouvertes

Le ministre de l'Intérieur a ensuite expliqué le geste du policier par le "bond offensif" en cours. "Ce sont des manifestants qui prenaient des objets pour les jeter sur les policiers. (...) Ils interviennent pour neutraliser trois personnes", a encore justifié Christophe Castaner. "J'ai demandé au préfet d'engager une procédure et qu'une enquête soit menée", a-t-il insisté.

Christophe Castaner a par ailleurs annoncé que 199 enquêtes avaient été ouvertes par l'IGPN (police) et 10 par l'IGGN (gendarmerie), "pour des faits allant de l'insulte aux violences qui ont pu faire des blessés et parfois des blessés graves". Mais selon le ministre, "ces enquêtes sont en cours".

Vous êtes à nouveau en ligne