VIDEO. Violences des "gilets jaunes" à Paris : Christophe Castaner met en cause Marine Le Pen, qui dénonce une "petite politique politicienne"

Le ministre de l'Intérieur a réagi aux heurts entre manifestants et forces de l'ordre sur les Champs-Elysées. Il a également fait le point sur la mobilisation.

Selon le ministre de l'Intérieur, cette 8e journée de mobilisation des "gilets jaunes" rassemblait, samedi 24 novembre, à 11 heures, quelque 23 000 manifestants "au niveau national" et 8 000 à Paris, dont 5 000 autour et sur les Champs-Elysées. "On assiste à un affaiblissement du mouvement", a estimé Christophe Castaner, lors d'une allocution peu après midi. Le 17 novembre, près de 124 000 personnes participaient à la même heure au mouvement.

>> Suivez les manifestations des "gilets jaunes" dans notre direct

Concernant les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre sur les Champs-Elysées, le ministre de l'Intérieur a également dénoncé ceux qu'il décrit comme "des séditieux" d'extrême droite qui ont, selon lui, "répondu à l'appel de Marine Le Pen". Cette dernière a rapidement répondu sur Twitter : "J’avais demandé au gouvernement pourquoi il n’autorisait pas les 'gilets jaunes' à manifester sur les Champs-Elysées. Aujourd’hui, Monsieur Castaner utilise cette question pour me cibler. C’est minable et malhonnête à l’image de l’auteur de cette manipulation politicienne", a-t-elle lancé.

Sur franceinfo, elle a également lancé : "Je pense qu'il faudrait que Monsieur Castaner dépose sa panoplie du militant politique pour enfin mettre sa panoplie du ministre de l'Intérieur." La président du Rassemblement national a dénonce une manœuvre de "petite politique politicienne".

Vous êtes à nouveau en ligne