Des "gilets jaunes" publient une synthèse de témoignages sur des manifestants exposés aux gaz lacrymogènes

Des \"gilets jaunes\" se rendant sur la place de la République à Paris, le 3 août 2019. 
Des "gilets jaunes" se rendant sur la place de la République à Paris, le 3 août 2019.  (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Publiée dans "L'Obs", cette étude s'appuie sur les témoignages de 47 manifestants qui déclarent avoir subi des troubles.

Une synthèse de "gilets jaunes", qui s'interroge sur les problèmes de santé liés au gaz lacrymogène rencontrés par les manifestants, a été publiée dans L'Obs (pour les abonnés), mercredi 7 août. Au total, 47 témoignages ont été recueillis entre le 5 avril et le 7 juillet – auprès de personnes qui attestent d'effets secondaires durables – pour réaliser cette étude.

Certains effets du gaz lacrymogène mis au jour dans l'étude – irritation des yeux, du nez, des voies respiratoires, de la peau – sont déjà documentés par des études. Le chimiste André Picot, membre de l'association toxicologie-chimie, interrogé par L'Obs, les avait déjà expliqués à franceinfo. Il indiquait alors que "lorsque le gaz lacrymogène est inhalé, il descend et atteint les bronches. Plus la dose est importante, plus il va profondément dans l'organisme".

La synthèse relève en revanche d'autres types de symptômes, non signalées par les articles scientifiques. Notamment gynécologiques. Ainsi, la synthèse indique que "27% des femmes non ménopausées qui témoignent ont leurs cycles perturbés et 33% des femmes ménopausées ont des saignements ressemblant à un retour de règles, sans parler des douleurs, des problèmes de stérilet". Le spécialiste André Picot explique que si l'élément est intéressant, il mérite néanmoins d'être confirmé par des études épidémiologiques. 

Vous êtes à nouveau en ligne