"J'ai voulu protéger ma mère de 64 ans" : l'homme giflé par un policier lors du 1er-Mai à Paris livre sa version des faits

Image d\'une vidéo montrant un policier giflant un homme à Paris lors des manifestations du 1er-Mai 2019.
Image d'une vidéo montrant un policier giflant un homme à Paris lors des manifestations du 1er-Mai 2019. (CAPTURE D'ECRAN "STREET PHOTOGRAPHE")

Une vidéo, d'abord publiée sur YouTube le 2 mai, puis relayée sur les réseaux sociaux, montre un manifestant se faire violemment gifler par un membre des forces de l'ordre. Contacté par franceinfo, Yohann annonce qu'il va déposer plainte.

"Cette histoire, je la vis encore. Mais ce n'est pas ce genre d'action qui me fera arrêter le mouvement." Yohann, 45 ans, se montre toujours aussi déterminé à participer aux nouvelles journées d'action des "gilets jaunes". Pourtant, sa dernière expérience, mercredi 1er mai à Paris, lui laisse un goût amer. Un policier l'a violemment giflé. La scène, filmée, a été diffusée d'abord sur YouTube, puis sur les réseaux sociaux. Le parquet de Paris a ouvert une enquête confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) vendredi. Yohann, lui, annonce qu'il va porter plainte, samedi, auprès du procureur de la République, tout comme sa mère qui se trouvait avec lui sur les lieux. 

Mais que s'est-il passé mercredi ? Membre des "gilets jaunes" depuis le début de leur mobilisation, Yohann, a tout naturellement manifesté pour le 1er-Mai à Paris. Peu avant 14 heures, il se trouve aux côtés des syndicats sur le boulevard du Montparnasse avec ses amis et ses parents. "Ça a commencé à tirer, j'ai vu les forces de l'ordre qui poussaient et matraquaient tout le monde. J'ai voulu protéger ma mère de 64 ans. J'ai vu sur le côté un magasin ouvert, j'ai poussé ma mère à l'intérieur et je suis resté devant, explique le manifestant à franceinfo. Là, un policier a poussé un homme en lui disant : 'Casse-toi connard !', comme on le voit sur la vidéo. Et moi, j'ai répliqué en disant : 'Non, toi, casse-toi !' Ensuite, les images parlent d'elles-mêmes : je me prends une claque."  

Yohann, visiblement sonné, ne réplique pas. Les manifestants présents dans Le Brazza, un bar-tabac situé sur le boulevard, le tirent alors à l'intérieur. "La gérante a dit : 'Fermez le rideau !' C'est bien nous qui l'avons fait et non les forces de l'ordre comme on a pu le lire." Quelques minutes plus tard, un nuage de gaz lacrymogène envahit le petit espace entre le rideau de fer et le commerce. "On s'est retrouvés complètement asphyxiés dans un espace confiné", affirme Yohann. Une scène que d'autres témoins interrogés par franceinfo ont confirmée.    

"On est ensuite sortis par une porte arrière grâce à la gérante du tabac", se remémore le "gilet jaune" qui estime qu'"en faisant ça, elle a sauvé la vie de plein de gens à l'intérieur !" Les manifestants ont alors pu rejoindre une cour et partir.   L'homme de 45 ans insiste sur un point : "Il paraîtrait que j'ai dit 'sac à merde' au policier, mais c'est faux. On entend bien dans la vidéo que c'est quelqu'un de plus proche de la personne qui filme qui prononce cette phrase." Avant de conclure : "Je me bats pour toutes les personnes qui subissent des violences, manifestants comme forces de l'ordre. Eux aussi, ils en prennent plein la tête."

Vous êtes à nouveau en ligne