"S'il a un peu d'amour propre, il devrait démissionner" : à La Réunion, la déception des "gilets jaunes" après les annonces d'Emmanuel Macron

Mobilisation des \"gilets jaunes\" à La Réunion, avec un blocage routier dans la région de Saint-Denis, le 26 novembre 2018.
Mobilisation des "gilets jaunes" à La Réunion, avec un blocage routier dans la région de Saint-Denis, le 26 novembre 2018. (BENJAMIN MATHIEU / FRANCE-INFO)

Sur l'île, les "gilets jaunes" regrettent que le chef de l'État n'ait pas annoncé de mesures contre la vie chère.

Sur l'île de La Réunion, les "gilets jaunes" restent mobilisés au 11e jour de la contestation mardi 27 novembre. Les manifestants ne sont pas satisfaits par les annonces faites par Emmanuel Macron dans la matinée. Ils attendaient des annonces plus concrètes sur la vie chère, plutôt que sur l'écologie.

Devant la préfecture située en plein centre de Saint-Denis, des "gilets jaunes" discutent sous une tente. "J'ai cru assister à un cours d'escrologie", déplore l'un d'entre eux.

Emmanuel Macron n'en démord pas, il est toujours dans la même veine : 'J'entends mais je n'écoute pas'Un "gilet jaune" à La Réunionà franceinfo

"On a été sidérés, renchérit Marc, qui a regardé l'intervention du président à la télévision. On s'attendait à un petit peu de compassion, mais même pas. D'autant plus que prendre en otage l'écologie, c'est pitoyable. Demandez à des camions de CRS de prendre des cars à l'essence, ou avec des batteries électriques. Les premiers à utiliser les diesels, ce sont les ministères, les hommes politiques. Ils pourraient peut-être commencer par eux-mêmes."

"Il n'a rien écouté"

Dans son intervention, Emmanuel Macron a cité les outre-mer de façon générale mais n'a pas évoqué La Réunion en particulier. Éric, propriétaire d'une auto-école et membre du collectif "Arrêtez de nous plumer", n'a pas apprécié l'oubli. "Il a été très vague, regrette-t-il. On ne peut pas dire 'les outre-mer', chacun a sa spécificité. Donc il n'a rien écouté, il veut faire sa logique à lui, sa stratégie et sa pédagogie. S'il a un peu d'amour propre, il devrait démissionner, parce qu'il nous a mis dans un tel état, on ne peut pas continuer comme ça pour avancer."

Edmond, un ancien haut-fonctionnaire retraité, suivait jusque-là la mobilisation sur les réseaux sociaux. Après avoir entendu Emmanuel Macron, il a décidé de s'engager auprès des "gilets jaunes". "J'étais un soutien actif, et en écoutant Macron j'ai décidé de devenir un militant actif, assure-t-il. C'est l'ultralibéralisme de Macron qu'on ne peut pas supporter", explique-t-il.

La ministre des outre-mer Annick Girardin sera à La Réunion mercredi 28 novembre. Une journée massive de blocages se prépare pour l'accueillir.

Le reportage de Benjamin Mathieu
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne