Pour Jacline Mouraud, en un an de mouvement, les "gilets jaunes" sont allés "de l'adhésion totale à la détestation totale"

Jacline Mouraud, ancienne figure du mouvement des \"gilets jaunes\", à Bohal le 17 novembre 2018.
Jacline Mouraud, ancienne figure du mouvement des "gilets jaunes", à Bohal le 17 novembre 2018. (DAMIEN MEYER / AFP)

Un an après la première manifestation, l'ancienne figure des "gilets jaunes" Jacline Mouraud analyse sur franceinfo l'évolution du mouvement.

"Aujourd'hui, on est dans une situation où les Français en ont ras-le-bol de tous les dégâts que cela a provoqué", estime Jacline Mouraud, samedi 16 novembre sur franceinfo, un an après les premières mobilisations des "gilets jaunes". Et elle se compte parmi ces Français qui, selon elle, en en ont assez : "Moi, je suis fidèle au canal historique du 17 novembre 2018. À ce moment-là, il n'y avait pas de violence, pas de haine, pas de radicalité. Un an plus tard, on s'aperçoit que ce sont toujours les mêmes qui organisent la radicalité à l'intérieur de ce mouvement et qu'on les laisse faire." 

>> Un an après le début du mouvement, nouveau samedi de manifestations des "gilets jaunes" : suivez notre direct

"Cette mobilisation est allée de l'adhésion totale, le 17 novembre 2018, à la détestation totale" regrette l'ancienne figure des "gilets jaunes". Le message des origines a, selon elle, été "perverti" par certains groupes du mouvement. "Ils ont transformé ça en une haine, une violence incroyable. Toutes les menaces de mort que j'ai reçues sont venues des groupes d'Eric Drouet. Cette puissance du 17 novembre a été complètement pervertie par ces mecs-là", insiste Jacline Mouraud.

En un an, "c'est absolument certain", la France a changé, estime Jacline Mouraud, mais "en mal". "Ce n'est plus une fracture que l'on a, c'est un gouffre. Les gens sont incapables de se parler correctement. On est en train de payer le 'responsable mais pas coupable', la fin du service militaire. On est en train de payer tout ça. Est-ce que la vie des gens a changé ? Ce n'est pas en sortant un chéquier qu'on va régler les problèmes de la France. C'est le système qui est à revoir entièrement."

Tous les pans de la société française sont en train de s'écrouler les uns après les autres. Il va falloir se mettre au travail sur le système, et arrêter de sortir un chéquier. Ce chéquier, c'est notre argent !Jacline Mouraud, ex-"gilet jaune"à franceinfo

Vous êtes à nouveau en ligne