Policiers renvoyés en correctionnelle : "Nous sommes passés de maintien de l'ordre à une répression jamais vue depuis 50 ans", estime le journaliste David Dufresne

Le journaliste David Dufresne.
Le journaliste David Dufresne. (ULYSSE GUTTMANN-FAURE)

Deux policiers vont être renvoyés en correctionnelle après des violences en marge du mouvement des "gilets jaunes".

"On nous annonce que deux policiers vont être poursuivis, un pour un pavé, un pour une gifle, alors qu'en réalité depuis un an nous sommes passés de maintien de l'ordre à une répression jamais vue depuis 50 ans", a réagi sur franceinfo vendredi 8 novembre le journaliste David Dufresne, auteur de Dernière sommation, chez Grasset et de la compilation sur Twitter "Allô place Beauvau", après le bilan présenté par le parquet de Paris des enquêtes pour violences policières en marge du mouvement des "gilets jaunes".

Le parquet de Paris a annoncé jeudi 7 novembre que deux agents seront renvoyés en correctionnelle, après des violences pendant la manifestation des "gilets jaunes" du 1er mai.

franceinfo : Vous qui êtes à l'origine des messages Twitter "Allô place Beauvau" pour signaler les violences policières, est-ce que vous avez le sentiment, comme le dit le ministre de l'Intérieur, que la justice fait son travail ?

David Dufresne : Le ministre de l'Intérieur est en-dessous de tout. Il répète les mêmes clichés à longueur de temps. Prenons simplement pour exemple ces premiers policiers qui vont être renvoyés en correctionnelle. L'un d'entre eux, c'est pour un jet de pavé. Il n'y a pas de victime. Donc, quand M.Castaner induit l'idée que si les gens ont été blessés, c'est parce qu'ils ont attaqué les policiers, nous avons là un cas parmi des milliers d'autres qui le contredisent. Et le deuxième cas, c'est un policier, un CRS qui donne une paire de gifles à un monsieur qui s'abrite et qui ne porte aucun coup. La justice, elle a un tort, c'est qu'elle prend beaucoup de temps. Et elle ne prend pas toujours le même temps. Je veux dire par là que des centaines de "gilets jaunes" ont été incarcérés et des milliers ont été condamnés, déjà. Et pour l'instant, les policiers sont toujours en attente du premier jugement.

Mais ça prend du temps, d'enquêter pour les cas les plus graves que vous mentionnez...

Oui. Cela dit, vous avez dit qu'il y a 18 informations judiciaires ouvertes pour les cas les plus graves. Il y a deux morts, 24 personnes qui ont perdu un oeil et cinq qui ont perdu une main. Cela n'a jamais été contesté. Et pour l'instant, on a 18 cas. On voit bien que le parquet, en faisant cette annonce, fait un ballon d'essai pour jauger comment les syndicats de police vont réagir. Le seul problème, c'est que la question n'est pas de protéger un corps contre un autre. La question est de savoir si on peut faire confiance en une justice qui s'appuie sur un service qui s'appelle l'IGPN, dont on sait aujourd'hui qu'il est inefficace en matière de violences policières.

Pourquoi ? Comment l'analysez-vous ?

Des chercheurs extrêmement modérés considèrent que dès lors qu'il s'agit de violences policières, l'IGPN est dans un angle mort, et certains appellent cela une énigme. La raison est toute simple : ce sont des policiers qui sont chargés de juger d'autres policiers. Tant que l'IGPN ne sera pas un peu plus indépendante, on arrivera à ce genre de cas. Aujourd'hui, quand même, on est dans le folklore. On nous annonce que deux policiers, un pour un pavé, un pour une gifle vont être poursuivis, alors qu'en réalité, depuis un an, nous sommes passés de maintien de l'ordre à une répression jamais vue depuis 50 ans. On va voir si les juges vont avoir des enquêteurs qui vont pouvoir travailler pour aller au bout des choses. Pour l'instant, ce n'est pas sérieux, ces deux annonces.

Quand les syndicats de policiers disent que ce ne sont pas les policiers qui sont violents, mais qu'ils adoptent la force légitime face à des agressions, que répondez-vous ?

Je réponds que toute la question, et qui est très belle, qui interroge tout le monde, c'est celle de la légitimité de l'emploi, de la force. Cette légitimité en France s'appuie sur deux choses : la stricte nécessité de l'usage de la force et la proportionnalité. Eh bien, nous sommes nombreux à le dire, à le documenter, à photographier ou à le filmer : ces deux principes sont pulvérisés. La légitimité n'est pas sacrée. La légitimité, ça se discute. Si, à un moment donné, la police républicaine n'agit plus avec les principes de la République, elle ne peut pas dire : je suis légitime parce que je suis la République. C'est trop facile. Et dans le cas des "gilets jaunes", dans le cas de ce qui se passe dans les quartiers depuis une trentaine d'années, cette légitimité doit être discutée.

Vous êtes à nouveau en ligne