Photomontages injurieux, parallèles entre Macron et les nazis : ces contenus douteux relayés par des candidats de la liste du "gilet jaune" Christophe Chalençon

Christophe Chalençon, \"gilet jaune\" de Vaucluse, lors d\'une manifestation à Avignon (Vaucluse) le 30 mars 2019.
Christophe Chalençon, "gilet jaune" de Vaucluse, lors d'une manifestation à Avignon (Vaucluse) le 30 mars 2019. (PHILIPPE PAUPERT / RADIO FRANCE)

Tête de liste Evolution citoyenne aux européennes, Christophe Chalençon s'est illustré par des positions clivantes sur l'islam et l'immigration. En observant de près les profils Facebook de ses colistiers, on découvre des publications qui, pour certaines, tombent sous le coup de la loi.

Christophe Chalençon, forgeron dans le Vaucluse, est l'une des figures du mouvement des "gilets jaunes". Il est aussi à la tête de la liste Evolution citoyenne, en lice pour les élections européennes du 26 mai 2019. Très médiatisé au début du mouvement, il avait notamment créé la polémique, après sa rencontre avec Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement 5 étoiles et numéro deux du gouvernement italien, suscitant une crise diplomatique entre la France et l'Italie.

Le 21 août 2018, il s'était étonné, dans un tweet, que l'ancien secrétaire d'État Mounir Mahjoubi puisse être musulman et homosexuel, écrivant : "Musulman et homosexuel, sacrée contradiction... On nous prend vraiment pour des cons".
À cette même période, il avait accusé Nicolas Sarkozy d'être responsable de la crise migratoire en Europe, en affirmant : "Il devrait être mis devant un peloton d'exécution".

Photomontages injurieux

Sur le réseau social Facebook, ses colistiers ne sont pas en reste. Carole Beaugeois, numéro 14, a partagé un montage, le 26 mars 2019, montrant le président de la République, portant la moustache hitlérienne et un uniforme de la Wehrmacht, en train de prononcer un discours. Sur le montage est écrit : "Le Führer Macron ordonne de marquer les gilets jaunes".

Une autre, Brigitte Debuisson, 76e sur la liste, a repris une affiche où le chef de l'Etat est traité de "psychopathe, de petit merdeux et de bâtard des Rothschild". La même a aussi relayé un photomontage, le 26 mars 2019, où l'on voit, en haut de l'image, ces mots : "Hitler gazait des juifs". En bas, il est écrit : "Macron gaze son peuple", le tout accompagné d'une photo de CRS.

Exemple d\'une publication sur le compte Facebook de Brigitte Debuisson.
Exemple d'une publication sur le compte Facebook de Brigitte Debuisson. (CAPTURE D'ECRAN / FACEBOOK)

Carole Beaugeois n'était pas joignable lundi. Elle a depuis indiqué avoir supprimé la publication en question de son compte Facebook. De son côté, Brigitte Debuisson n'a pas répondu aux sollicitations de franceinfo. De son côté, Christophe Chalençon trouve "fondée" la comparaison entre Hitler et le président de la République.

Bien que ce soit une référence à Hitler, et c’est vraiment déplorable, je le constate, aujourd’hui nous avons un gouvernement qui gaze son peuple, ça, je l’affirme !Christophe Chalençonà franceinfo

Il précise que sa liste rassemble toutes les tendances politiques et qu'il a accepté tout le monde à condition que ses candidats s'engagent à défendre les valeurs du mouvement Evolution citoyenne.

"C'est simplement odieux"

Pourtant, les montages sont bel et bien répréhensibles pénalement : "C’est simplement odieux et c’est évidemment sur le terrain juridique une injure", affirme l'avocat Richard Malka, spécialiste des questions de liberté d'expression. "C’est indécent à l’égard d’Emmanuel Macron évidemment, mais aussi à l’égard des personnes qui ont été véritablement gazées, et qui ont fini dans des fours crématoires. Ça relativise l’extermination, c’est une sorte de négationnisme", déclare-t-il. Un délit passible d'une peine d'un an de prison et de 45 000 euros d'amende.

Vous êtes à nouveau en ligne