VIDEO. "Parent 1, parent 2" : pour Nicolas Dupont-Aignant, un enfant a besoin "d'un père et d'une mère"

Pour la centième de l'émission, "Dimanche en politique" accueillait Nicolas Dupont-Aignant, président de Debout la France. 

Au lendemain de l'agression antisémite d'Alain Finkielkraut, Nicolas Dupont-Aignant a déclaré dénoncer cet acte sur le plateau de "Dimanche en politique". "J'ai vu la vidéo, et ce qui m'a le plus effrayé, c'est cette haine et il y a un personnage qui dit 'la France est à nous, dégage'. Ce qu'on voit là, c'est l'islamo-gauchiste qu'on laissé s'installer les politiques depuis vingt ans dans notre pays. Ce qu'on voit là, c'est ce qu'il se passe en Seine-Saint-Denis, où aucun juif ne peut se promener avec sa kippa", déclare le président de Debout la France. Pour lui, cette agression ne discrédite en aucun cas le mouvement des "gilets jaunes", qui est "un mouvement de colère sociale"

"J'ai d'abord cru à une fake news" 

Autre sujet développé par Nicolas Dupont-Aignant, l'inscription "parent 1, parent 2", qui a été votée en première lecture afin de rendre moins discriminants ces formulaires auprès des parents homosexuels. "Est-ce que vous avez vu dans une cour d'école, un enfant appeller 'parent 1', 'parent 2' ? Mais c'est dingue. Est-ce qu'on peut revenir sur Terre ? Ce sont des dingues qui ont voté ça. Un enfant a un père, et une mère. Après il y a des situations familiales différentes. Mais un enfant a besoin d'un papa et d'une maman", explique Nicolas Dupont-Aignant, qui avoue avoir d'abord cru à "une fake news"

Vous êtes à nouveau en ligne