Mouvement des "gilets jaunes" : "On a besoin d'avenir, de faire des projets, de pouvoir vivre", revendique une manifestante

Sabine (gauche), Marie-Ange et Rachida dans la bus qui les conduit de Lille à Paris où est organisé le rassemblement des \"gilets jaunes\" samedi 24 novembre.
Sabine (gauche), Marie-Ange et Rachida dans la bus qui les conduit de Lille à Paris où est organisé le rassemblement des "gilets jaunes" samedi 24 novembre. (BENJAMIN ILLY / FRANCE-INFO)

Sabine, 54 ans, en CDD et en colocation dit ne jamais avoir participé à aucune mobilisation. Pour cette huitième journée de protestation, elle a fait la route depuis Lille vers Paris pour manifester son ras-le-bol et réclamer "de l'emploi en CDI" et "des salaires corrects".

À 54 ans, Sabine vit en colocation avec sa sœur à Lille. Elle est en CDD et dit gagner 900 euros par mois. Sur franceinfo samedi matin, elle explique à franceinfo pourquoi elle a décidé d'exprimer sa colère, un "gilet jaune" sur le dos, et de faire le déplacement jusqu'à Paris pour participer à la mobilisation

franceinfo : Pourquoi revêtir ce gilet jaune ?

Le déclic est fait d'un ras-le-bol, d'un ras-le-bol général. J'ai fait une reconversion, je me suis battue, je veux travailler. Mais aujourd'hui, la seule perspective ce ne sont que des emplois aidés, que des CDD, que de la précarité. On a besoin d'avenir ! On a besoin de pouvoir faire des projets, de pouvoir vivre ! Et aujourd'hui la seule pensée qu'on ait c'est : Qu'est-ce qu'on va faire demain ? Qu'est-ce qu'on va pouvoir manger demain ? Comment va-t-on pouvoir vivre demain ? Comment va-t-on pouvoir continuer à supporter cette précarité qui est de plus en plus grande ?

D'habitude vous ne participez pas à des manifestations. C'est vraiment la première fois que vous vous mobilisez de cette manière ?

Oui, tout à fait. Je n'ai jamais participé à aucune mobilisation, je suis quelqu'un de très pacifiste. Mais aujourd'hui, le ras-le-bol est tel que je monte à Paris pour montrer à tout le monde que ça suffit, qu'on a besoin d'autre chose.

Qu'est ce qui pourrait vous faire abandonner votre gilet jaune ? Quelle mesure concrète ?

Il faut donner de la perspective aux gens, qu'on puisse pouvoir vivre, même simplement. Aujourd'hui, ce n'est plus possible. Qu'ils arrêtent de nous donner des aides qui ne servent à rien ! Qu'ils arrêtent de nous prendre et qu'ils nous laissent vivre simplement, c'est-à-dire qu'ils nous donnent de l'emploi et de l'emploi en CDI, des salaires corrects et qu'ils arrêtent de ne nous donner que des miettes, de nous prendre beaucoup.

Allez-vous rester au Champ-de-Mars ?

Non, nous ne comptons pas rester au Champ-de-Mars. Il y a la possibilité qu'il y ait des casseurs qui se greffent aux "gilets jaunes", mais les "gilets jaunes" sont responsables et vont donc éviter tous ces casseurs et ne pas en faire partie.

Vous êtes à nouveau en ligne