Mobilisation des "gilets jaunes" : la permanence d'un député LREM détruite par des casseurs au Mans

La permanence du député LREM Damien Pichereau a été détruite par des casseurs lors de la manifestation des \"gilets jaunes\" au Mans (Sarthe), le 16 février 2019.
La permanence du député LREM Damien Pichereau a été détruite par des casseurs lors de la manifestation des "gilets jaunes" au Mans (Sarthe), le 16 février 2019. (RADIO FRANCE / PAULINE PENNANEC'H)

Une vingtaine de casseurs se sont infiltrés dans le cortège lors du rassemblement des "gilets jaunes" au Mans (Sarthe), a constaté France Bleu Maine, samedi.

La permanence du député La République en marche de la Sarthe, Damien Pichereau, a été détruite samedi 16 février, en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" au Mans, a constaté France Bleu Maine. Une vingtaine de casseurs se sont infiltrés dans le cortège, selon France Bleu. Des affrontements était en cours samedi après-midi avec les CRS.

Ça fait plusieurs semaines qu'on reçoit des menaces de morts donc ce qui fait que quand il y a des manifestations, j'essaie de ne pas être sur place.Damien Pichereauà franceinfo

Damien Pichereau a été informé des dégâts. "La permanence est vide tous les samedis et heureusement ! Parce qu'aujourd'hui, c'est du matériel, c'est toujours dommage, mais je n'ose pas imaginer ce qu'ils auraient fait s'il y avait eu quelqu'un à l'intérieur, vu la violence, estime le député sarthois. La semaine dernière, dans la nuit de samedi à dimanche, on a déjà eu une vitrine de fracturée."

Le député se sent "en colère, non seulement pour moi mais aussi parce que ça fait plusieurs semaines et de manière répétée qu'on attaque de plus en plus la République. (...) Il en faut plus que ça pour me décourager. On va continuer à travailler (..) et je vais continuer à être près de mes électeurs."

Sur une photo prise par France Bleu, on peut voir que de nombreuses vitres ainsi que la porte d'entrée ont été brisées. L'intérieur de la permanence a également été saccagé. De plus, un tag est visible sur lequel on peut lire : "Pas de député, pas de président." Par ailleurs, des vitres du tribunal du Mans ont également été cassées.

Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, ancienne maire adjointe du Mans, a réagi sur Twitter. "Pensées et soutien à mon ami DamienPichereau député de la Sarthe et à ses collaboratrices face à cette violence inexcusable. Il est temps que cela cesse !", a-t-elle écrit.

Vous êtes à nouveau en ligne