Mesures pour la transition écologique : le porte-parole d'EELV Julien Bayou attend "des annonces sonnantes et trébuchantes"

Julien Bayou, le porte-parole d\'Europe Écologie-Les Verts, le 16 août 2018.
Julien Bayou, le porte-parole d'Europe Écologie-Les Verts, le 16 août 2018. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / FRANCE-INFO)

Emmanuel Macron annoncera mardi 27 novembre un nouveau cap pour la transition écologique. "Pour l'instant, on a eu beaucoup de promesses et peu de réalités", a estimé Julien Bayou sur franceinfo.

L'Elysée a indiqué jeudi 22 novembre qu'Emmanuel Macron annoncera mardi prochain un nouveau cap pour la transition écologique, de nouvelles mesures et des négociations sur tout le territoire pour la rendre "acceptable et démocratique".

"J'espère que cette fois ci, parce qu'il y a une colère, il y aura des annonces sonnantes et trébuchantes", a réagi jeudi 22 novembre sur franceinfo Julien Bayou, le porte-parole d'Europe Écologie-Les Verts. "Pour l'instant, on a eu beaucoup de promesses et peu de réalité", assure-t-il.

"Grande gueule et petits bras"

Le porte-parole d'Europe Écologie-Les Verts estime que le gouvernement "parle beaucoup", rappelant que le budget de la rénovation thermique "a été divisé par deux" la semaine dernière. "C'est le syndrome du caïman : grande gueule et petit bras", ironise Julien Bayou.

Face à la grogne des "gilets jaunes", le porte-parole d'EELV rappelle que la taxe carbone, "c'est 13 milliards de recettes". "Aujourd'hui, on estime qu'il n'y en a que deux ou trois qui vont à la transition, au développement des énergies renouvelables ou à l'accompagnement des gens qui sont dépendants à leur voiture. C'est ça qui crée ce sentiment de frustration".

Pour Julien Bayou, les "gilets jaunes" ne sont pas "contre l'écologie", mais ils voient que "la taxe carbone n'est pas affectée à l'écologie", alors que "toutes les autres dépenses contraintes augmentent", loyers, assurances, frais bancaires, CSG, ce qui créé "un sentiment d'être pris à la gorge". "Le gouvernement a préféré dépenser très vite en soutien aux plus riches", rappelle Julien Bayou. "Cela a fait des trous terribles dans le budget. Et la taxe carbone est utilisée pour colmater ces brèches".

Vous êtes à nouveau en ligne