Lutte contre l'antisémitisme : "Au lieu d'une marche", Pajot (RN) attend "des actes forts" du gouvernement

France 3

Ludovic Pajot, député Rassemblement national du Pas-de-Calais, est l'invité politique du Soir 3 dimanche 17 février.

"Il y a une infiltration de l'extrême gauche au sein du mouvement des "gilets jaunes". Je condamne ces violences et apporte tout mon soutien aux policiers. Il faut que le gouvernement prenne des décisions pour sortir de cette crise de pouvoir d'achat, de représentativité et des territoires", explique Ludovic Pajot, député Rassemblement national.

"On voit beaucoup de tags anarchistes et l'agression d'Alain Finkielkraut est liée à l'extrême gauche, en tout cas à un antisémitisme islamo-gauchiste", estime-t-il dans le Soir dimanche 17 février. Le fondateur du FN, devenu RN, était coutumier des dérapages antisémites. "Marine Le Pen a toujours été claire et a toujours condamné les actes antisémites", assure l'élu du Pas-de-Calais.

Le RIC, idée de Marine Le Pen

14 formations politiques ont lancé un appel à l'union contre l'antisémitisme. Des rassemblements sont prévus mardi 19 février à Paris. Le Rassemblement national et Debout la France n'ont pas été conviés. "Je trouve ça dommageable. J'attends des actes forts au lieu d'une marche. Le gouvernement doit s'attaquer aux racines de la montée de l'antisémitisme qui est le salafisme", déclare Ludovic Pajot.

Marine Le Pen était en meeting dans le Maine-et-Loire dimanche pour les élections européennes. Elle s'est présentée comme la vraie porte-voix des "gilets jaunes". "Nous avons soutenu ce mouvement dès le départ. Le référendum d'initiative citoyenne (RIC) était une proposition du FN lors de la dernière présidentielle", affirme-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne