Paris : le groupe Sum 41 annule un concert après la détonation d'un "engin explosif", la salle évoque un simple "pétard" lancé par des "gilets jaunes"

Le groupe canadien Sum 41 lors d\'un festival à Monza, en Italie, le 17 juin 2017.
Le groupe canadien Sum 41 lors d'un festival à Monza, en Italie, le 17 juin 2017. (ROMANO NUNZIATO / NURPHOTO)

Selon le gérant des Etoiles, où le groupe de punk rock devait jouer samedi soir, c'est un pétard lancé par des participants au rassemblement des "gilets jaunes" qui a effrayé les musiciens.

L'annonce avait de quoi alarmer. Le groupe de punk rock Sum 41 a annoncé samedi 18 janvier, sur Instagram, l'annulation du concert qu'il devait jouer le soir même à Paris, car "un engin explosif a détonné juste devant la porte de la salle de concert". Contacté par franceinfo, Vincent Le Gall, gérant de la salle Les Etoiles, évoque un simple "pétard" lancé par des "gilets jaunes" et regrette la décision du groupe.

Le message posté, samedi 18 janvier, par le groupe canadien Sum 41, avant d\'être effacé quelques heures plus tard.
Le message posté, samedi 18 janvier, par le groupe canadien Sum 41, avant d'être effacé quelques heures plus tard. (SUM 41 / INSTAGRAM)

Sur Instagram, Sum 41, groupe culte de la scène punk rock du début des années 2000, affirmait que l'explosion s'était produite lors du déchargement de leur matériel, alors que des spectateurs attendaient déjà devant la salle, mais qu'elle n'avait pas fait de blessés.

Les musiciens canadiens s'estimaient cependant "incapables de garantir la sécurité des fans". Leur message a été effacé dans l'après-midi, samedi, et remplacé par un texte ne mentionnant plus les raisons de cette annulation.

Le pétard n'a pas fait de blessés

Le gérant du lieu, Vincent Le Gall, assure lui que "des 'gilets jaunes' ont fait péter une bombe agricole, un pétard" dans la rue du 10e arrondissement de Paris où se trouve sa salle. "On est dans une petite rue, ça résonne", mais l'explosion était sans gravité et n'a pas nécessité d'appeler la police, explique-t-il. L'incident s'est produit vers 14 heures, alors que des manifestants défilaient entre la porte de Champerret et la gare de Lyon. 

"On a discuté pendant trois heures avec eux, mais ils n'ont pas voulu faire le concert", déplore Vincent Le Gall, qui pense que le souvenir de l'attentat du Bataclan a joué un rôle dans la crainte de Sum 41. "C'est dommage pour les gens qui avaient pris leur billet", même s'il assure qu'il n'en gardera "pas d'antipathie" pour le groupe. "Tous les billets seront remboursables", assure ce dernier sur Instagram.

Vous êtes à nouveau en ligne