Lanceurs de balles de défense : divergences sur la manière d'utiliser les caméras-piétons des forces de l'ordre

La proposition de Christophe Castaner pour contrôler l'usage des lanceurs de balles de défense est bien reçue, mais il y a divergences d'opinions quant au moment de déclencher l'utilisation des caméras-piétons.

Devant le nombre de plaintes et de blessés causés par les lanceurs de balles de défense (LBD) de la police et de la gendarmerie pendant les manifestations des "gilets jaunes", le ministre de l'Intérieur a indiqué que les troupes qui seront sur les prochains rassemblements seront munies de caméras-piétons. Le but est que les images enregistrées puissent être utilisées en cas de contestation sur les circonstances d'utilisation des LBD, y compris par la justice.

Les syndicats demandent une autonomie du policier

"Nous y sommes favorables, mais c'est sous réserve des conditions d'utilisation. On n'est pas d'accord pour qu'on impose au policier, dès lors qu'il est porteur du flash-ball sur les manifestations des 'gilets jaunes', à ce que la caméra soit enclenchée au moment où il prend son service, et qu'elle soit arrêtée au moment où il quitte son service", explique Denis Jacob du syndicat Alternative police CFDT.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne