La Réunion : les habitants se mobilisent face à leurs conditions économiques

France 3

Le mouvement des "gilets jaunes " à La Réunion a pris de l'ampleur et ne se limite pas aux prix des carburants.

En plein cœur de Saint-Denis de La Réunion, les commerces rouvrent leurs portes au compte-gouttes jeudi 22 novembre. Alain Payet a ainsi pu rouvrir son restaurant après cinq jours de blocage. "On travaillera uniquement sur la vente à emporter, car on est comme l'économie, on travaille au ralenti", témoigne-t-il. Ce restaurateur est un soutien inconditionnel des "gilets jaunes" et même après avoir repris le travail, sa colère ne diminue pas. Sur l'île de La Réunion, les revendications ne se limitent clairement pas aux prix des carburants. 26% des actifs sont au chômage et 42% ,des Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté.

13 points de blocage

Geoffroy Grondin, 32 ans, est conseiller en insertion. Il élève seul sa fille de 9 ans et n'arrive pas à subvenir aux besoins de sa famille. "Le 10 du mois (...), le frigo est vide. (...) c'est ça qui a fait que je me sens dans le besoin d'aller manifester dehors", explique-t-il. Désormais, l'objectif des "gilets jaunes" est de rencontrer le préfet et de négocier directement avec lui. 13 points de blocage sont toujours actifs au sixième jour de mobilisation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne