L'instant T d'Ingrid Levavasseur

FRANCEINFO

Avec son bagout et ses longs cheveux roux, Ingrid Levavasseur,aide-soignante de l’Eure âgée de 31 ans, mère célibataire. s’est vite imposée comme une figure médiatique du mouvement des gilets jaunes Son Instant T c’est le 17 novembre, date de la 1ère manifestation contre la hausse des taxes sur le carburant et la baisse du pouvoir d'achat. Ce mouvement a surtout montré une France que l’on ne voyait pas ou ne voulait pas voir. Et nos reporters qui sont allés sur les ronds point ont tous noté à quel point il y avait un isolement et que ce mouvement permettait aux gens de se retrouver.

Avec son bagout et ses longs cheveux roux, Ingrid Levavasseur,aide-soignante de l’Eure âgée de 31 ans, mère célibataire. s’est vite imposée comme une figure médiatique du mouvement des gilets jaunes

Son Instant T c’est le 17 novembre, date de la 1ère manifestation contre la hausse des taxes sur le carburant et la baisse du pouvoir d'achat.

Ce mouvement a surtout montré une France que l’on ne voyait pas ou ne voulait pas voir. Et nos reporters qui sont allés sur les ronds point ont tous noté à quel point il y avait un isolement et que ce mouvement permettait aux gens de se retrouver.

Pourtant certains Gilets Jaunes ne l'ont pas épargnés ! La mobilisation se veut horizontale, sans leader. Prétendre représenter les Gilets jaunes et mener une liste, était donc un crime de lèse-majesté pour une grande partie des manifestants, qui refusent toute structuration politique du mouvement. Le 17 fevrier dernier, vous qui meniez l'éphémère liste de Gilets jaunes aux européennes, vous avez du vous exfiltrer d'un cortège de Gilets jaunes, pour échapper aux huées. Baptisée Ralliement d’initiative citoyenne (RIC), cette liste s’est rapidement désagrégée, minée par les dissensions internes.

L’instant T c’est aussi un point de vue, une expertise.

On l’a noté : les femmes Gilets Jaunes sont nombreuses et en première ligne! Mi-février Ingrid Levavasseur a annoncé le lancement de Racines positives, une association qui se donne «pour objectif la création d'un réseau d'accueil pour familles monoparentales ».

Le nombre de familles monoparentales a doublé durant ces vingt dernières années, de 950 000 en 1990 à 1,8 million en 2013. Un tiers des familles monoparentales vivent sous le seuil de pauvreté. L'aide-soignante de 31 ans, mère de deux enfants entend «améliorer leur quotidien, leur redonner une dignité et leur offrir des conditions propices à la reprise d'études». On se quitte avec les Destiny’s child  et le titre « survivante!»

Vous êtes à nouveau en ligne