"L'agression antisémite dont a été victime Alain Finkielkraut ne doit pas rester impunie", estime le député Guillaume Larrivé

Le philosophe Alain Finkielkraut, le 1er décembre 2016.
Le philosophe Alain Finkielkraut, le 1er décembre 2016. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Le député Les Républicains réclame "l'identification et l'interpellation de ces barbares antisémites pour les livrer à la justice".

"L'agression antisémite dont a été victime Alain Finkielkraut ne doit pas rester impunie", a réagi samedi 16 février sur franceinfo le député LR de l'Yonne Guillaume Larrivé, après les injures antisémites dont a été victime le philosophe et académicien à Paris, en marge de la manifestation des "gilets jaunes" samedi. Guillaume Larrivé condamne ces insultes, "parce qu'Alain Finkielkraut est aujourd'hui ciblé par la haine antisémite, parce que c'est une figure majeure de l'esprit français qui, depuis plusieurs années, a parfaitement compris et dénoncé les attaques contre notre civilisation".

Emmanuel Macron, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et plusieurs membres du gouvernement ont condamné sur Twitter l'agression contre le philosophe. Mais pour le secrétaire général délégué de Les Républicains, "les tweets d'indignation et de compassion ne suffisent pas.

Guillaume Larrivé réclame des sanctions

Le président de la République et le gouvernement ne doivent pas se contenter de commenter. Ils sont censés exercer le pouvoir de l'État. Ils ont la responsabilité d'agirGuillaume Larrivéà franceinfo

Le député attend du ministre de l'Intérieur "qu'il fasse procéder sans délai, dans les heures qui viennent, à l'identification et à l'interpellation de ces barbares antisémites pour les livrer à la justice".

Guillaume Larrivé constate qu'il y a "une montée de l'antisémitisme" en France, qu'Alain Finkielkraut "a parfaitement analysé" en décrivant "la convergence entre une sorte d'islamo-gauchisme, qui a tendance à tout excuser, et de l'autre côté un vieux retour de l'antisémitisme". Selon le député, le fait que ce soit le philosophe qui soit ciblé "doit nous inciter à être encore plus actif contre cette barbarie qui est de retour".

Pour le secrétaire général délégué du parti Les Républicains, la montée de l'antisémitisme "est le fait de groupes organisés". Il demande que le ministère de l'Intérieur "examine de manière précise s'il n'y a pas lieu de procéder à la dissolution d'un certain nombre de groupes". "Il faut que le gouvernement gouverne et que le ministre Christophe Castaner pilote vraiment la place Beauvau", insiste Guillaume Larrivé.

Vous êtes à nouveau en ligne