"Je suis tout à fait légitime" : la députée Yolaine de Courson, référente pour le grand débat, répond aux critiques sur son arbre généalogique

La députée de Côte-d\'Or, Yolaine de Courson, le 4 avril 2018 à l\'Assemblée nationale.
La députée de Côte-d'Or, Yolaine de Courson, le 4 avril 2018 à l'Assemblée nationale. (MAXPPP)

Après la nomination de Yolaine de Courson comme référente "vie quotidienne et transition écologique" du groupe La République en marche, plusieurs internautes se sont émus de son profil sociologique. La députée leur répond.

Née à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), fille d'officier et petite-fille d'ambassadeur, nom à particule... Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes se sont émus, jeudi 10 janvier, du choix de la députée Yolaine de Courson comme référente thématique de La République en marche pour le grand débat national. En cause, le décalage supposé entre son profil sociologique et la thématique dont elle aura la charge, résumée à tort par ses détracteurs sous le vocable "Vie quotidienne des Français".

En réalité, une telle thématique n'existe pas telle quelle dans la grande consultation voulue par Emmanuel Macron. En décembre, on en trouvait la trace dans les cinq questions soumises au débat par l'Elysée sous la forme : "Comment mieux accompagner les Français dans leur vie quotidienne pour se déplacer, se chauffer, isoler leur logement ?". Mercredi 9 janvier, le Premier ministre, Edouard Philippe, évoquait pour sa part plus simplement "la transition écologique" comme l'un des quatre thèmes du débat.

"On ne choisit pas sa famille"

Contactée par franceinfo, la députée parle elle de "vie quotidienne et transition écologique" et explique qu'elle a été chargée par son groupe parlementaire de faire la synthèse de cette thématique. Un rôle qui n'est pas celui d'organisateur du débat ou de rédacteur de ses conclusions. "C'est interne au groupe, pour être à la disposition des collègues sur ce sujet", précise l'élue de Côte-d'Or.

Interrogée sur les critiques sur son profil, Yolaine de Courson réplique : "Ils ont dû trouver ça sur Wikipedia. Tout ça est vrai mais je suis tout à fait légitime pour parler vie quotidienne et transition écologique, on fait des choses ici. On ne choisit pas sa famille, on naît où l'on naît, si on reprend les arbres généalogiques de tout un chacun pour juger de sa légitimité..."

L'élue met en avant les projets développés sur ce sujet dans sa circonscription : des contrats de transition écologiques signés [son] initiative" avec des lycées et des agriculteurs, une plateforme de mobilité sociale et solidaire pour permettre aux habitants isolés de se rendre chez le médecin. "Si les gens se renseignaient, ils verraient que je suis à la manœuvre sur ce sujet sur le terrain", assure-t-elle. Selon Le Journal du Dimanche, les autres référents nationaux seront Benjamin Dirx (fiscalité), Laurent Saint-Martin (organisation de l'Etat et des services publics), Jean-François Eliaou et Florent Boudié (pratique de la démocratie et de la citoyenneté).

Vous êtes à nouveau en ligne