Interdiction de manifester pour les "gilets jaunes" : "On est en lien avec ce que propose le Premier ministre"

Nicolas Florian lors de son élection comme maire de Bordeaux, le 7 mars 2019.
Nicolas Florian lors de son élection comme maire de Bordeaux, le 7 mars 2019. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, a assuré lundi sur franceinfo qu'il allait "transmettre à l'Etat des propositions". 

"Je suis solidaire et on est en lien avec ce que propose le Premier ministre", a déclaré sur franceinfo Nicolas Florian, maire LR de Bordeaux, après qu'Edouard Philippe a évoqué lundi 18 mars la possibilité d'interdire les manifestations des "gilets" jaunes" sous certaines conditions. A la suite des violences multiples de samedi lors de la manifestation à Paris, le Premier ministre a annoncé que ces défilés pourraient être interdits dans certains quartiers de la capitale mais aussi à Bordeaux ou Toulouse en cas de présence "d'éléments ultras".

Prévoir d'autres sites de rassemblement

"Dans quelques heures, nous allons transmettre à l'Etat des propositions", a assuré Nicolas Florian. Le ministre de l'Intérieur a téléphoné "en début d'après-midi" au maire de Bordeaux pour savoir si la ville adhérait à ce dispositif afin de "prévoir des lieux qui soient sanctuarisés et interdits à toutes manifestations mais que l'on prévoit aussi d'autres sites de rassemblement".

Cette interdiction "est un message fort après les images de samedi et c'est dire que ce n'est plus tolérable", a assuré Nicolas Florian. "Là, il y a des moyens de contenir tous ces mouvements et la loi permettra à tous ceux qui contreviennent ce dispositif d'être punis", a-t-il déclaré. "A un moment ou à un autre, il faut punir les casseurs et ceux qui utilisent ce mouvement pour commettre des exactions", a insisté Nicolas Florian.

Vous êtes à nouveau en ligne