Île de La Réunion : des casseurs s'invitent au mouvement des "gilets jaunes"

France 2

Le point le plus chaud du mouvement des "gilets jaunes" se trouve à La Réunion, où l'île vient de vivre quatre jours de violence. Le préfet a imposé un couvre-feu dans la moitié des communes.

Troisième nuit consécutive de violences urbaines sur l'île de La Réunion. Plusieurs véhicules incendiés, des magasins pillés, des objets entassés pour y mettre le feu. Les émeutiers profitent du mouvement des "gilets jaunes" pour semer des troubles, et c'est à visages cachés qu'ils s'expriment. "Nous on n'a rien pour se faire comprendre, on est obligés de faire ça", dénonce l'un d'eux. Les "gilets jaunes" sont souvent consternés par cette violence. Un couvre-feu est désormais instauré de 21 heures à 6 heures du matin pour la moitié des communes.

42% des Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté

Mais même en plein jour, les violences se multiplient. À Saint-Pierre, les casseurs sont repoussés par les forces de l'ordre, un commerce vient d'être pillé. Plus loin, à Saint-Benoît, les salariés d'un supermarché déblaient les dégâts. Ambiance tout à fait différente sur les barrages filtrants des "gilets jaunes". Une atmosphère bon enfant, mais un vrai désarroi. À La Réunion, 28% des actifs sont au chômage. Sur l'île, 42% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne