Grand débat national : Macron "manque de sens et de sensibilités", estime Cormand (EELV)

France 3

David Cormand, secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts, est l'invité du Soir 3 dimanche 3 février.

David Cormand ne voterait pas la loi "anti-casseurs". "C'est une loi qui s'attaque à des valeurs importantes dans une démocratie, celle de pouvoir manifester. On doit être empêché par la décision d'un juge et non pas simplement par celle d'un préfet", estime le secrétaire national EELV.

Le patron des Verts se dit contre l'utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD) et des grenades de désencerclement : "On est une exception. Il n'y a pas de pays démocratiques qui utilisent à la fois ces deux armes. Cet arsenal ne doit pas faire partie du maintien de la paix dans une démocratie".

"Ce n'est pas le bon moment pour lancer un référendum, assure-t-il dans le Soir 3 dimanche 3 février. S'il y a un grand débat national, ce n'est pas pour que le chef de l'État monopolise la parole, mais pour qu'il écoute les Français. Dans cette affaire, Emmanuel Macron manque de sens et de sensibilités".

"Coalition de projet"

Selon David Cormand, "le mouvement des "gilets jaunes" est une crise de subsistance au sens propre avec des Français qui ne s'en sortent plus avec l'effondrement de notre modèle de développement, de notre niveau de vie".

Le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts sera reçu mercredi 6 février à l'Élysée avec d'autres chefs de partis politiques. "Il est important qu'il retrouve une écoute sincère", dira-t-il notamment au président.

La CGT et certains "gilets jaunes" appellent à la grève mardi 5 février. "Il faut plutôt réfléchir, non pas uniquement à une coalition de rejet, mais à une coalition de projet", assure-t-il.

Yannick Jadot est tête de liste EELV pour les élections européennes. David Cormand et lui sont contre une alliance avec d'autres partis de gauche. "Il faut de la clarté, explique-t-il. Entre la dérive libérale et la tentation populiste, il y a un nouveau rêve européen à porter dans l'Union européenne et c'est ce que les écologistes font dans les 27 pays. Pour convaincre, il faut porter un discours d'espoir et pas de crainte".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne