Grand débat national : le gouvernement dans l'embarras

En duplex depuis l'Élysée, la journaliste Anne Bourse fait le point sur l'organisation du grand débat national, prévu le 15 janvier prochain, alors que Chantal Jouanno a annoncé mardi 8 janvier qu'elle renonçait à le diriger.

Le grand débat national doit débuter mardi 15 janvier, soit dans six jours. Il va falloir rapidement trouver un remplaçant à Chantal Jouanno, qui a annoncé mardi 8 janvier qu'elle renonçait à organiser l'événement. En duplex depuis l'Élysée, la journaliste Anne Bourse évoque "un ou des remplaçants". "Pour l'instant, plusieurs hypothèses circulent, avec une personne pour chapeauter ce débat, ou au contraire un comité avec plusieurs membres. Quoi qu'il en soit, l'indépendance devra être garantie. Après la polémique sur le salaire de Chantal Jouanno, cette mission sera probablement non rémunérée", explique-t-elle.

L'exécutif veut éviter un grand déballage

"Les conditions de modalités d'organisation de ce débat seront dévoilées tout à l'heure par le Premier ministre, à l'issue du séminaire gouvernemental. Le gouvernement a tout de même précisé qu'il n'était pas question que tous les sujets soient sur la table, comme la peine de mort, l'IVG ou le mariage pour tous. Pas question d'un grand déballage. Que se passera-t-il après ce débat ? Certains évoquent même un référendum. Avec cette consultation, Emmanuel Macron et Édouard Philippe pensaient avoir trouvé la solution pour mettre fin à la crise des 'gilets jaunes'. Pour l'instant, ça vire au casse-tête. Rendez-vous le 15 janvier pour son lancement", conclut Anne Bourse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne