Grand débat national : "Au bout de 60 jours, on n'a plus le temps d'attendre", déplore un référent "gilets jaunes"

Emmanuel Macron à Grand Bourgtheroulde, en Normandie, le 15 janvier 2019.
Emmanuel Macron à Grand Bourgtheroulde, en Normandie, le 15 janvier 2019. (DANIEL FOURAY / MAXPPP)

Après la rencontre de plus de 6 heures entre Emmanuel Macron et 600 élus normands, Olivier Bruno, "gilet jaune" de Seine-Maritime, référent au rond-point des Vaches, regrette mardi sur franceinfo l'absence d'annonce d'acte concret dans les prochains jours.

"Au bout de 60 jours on n'a plus le temps d'attendre, il faut passer vraiment aux actes", a réagi sur franceinfo mardi 15 janvier dans la soirée Olivier Bruno, "gilet jaune" de Seine-Maritime, référent au rond-point des Vaches, à propos de la rencontre de plus de 6 heures entre Emmanuel Macron et 600 élus normands.

"Il faudra attendre encore facilement mi-mars"

"Il a été appréciable avec la délégation de collègues "gilets jaunes" de rencontrer Emmanuelle Wargon pour avancer quand même dans la discussion. Mais je trouve regrettable qu'à la fin de son discours [d'Emmanuel Macron devant les maires] d'apprendre que de toute façon, il n'y aurait pas d'acte concret fait dans les prochains jours, de levier sur le pouvoir d'achat et qu'il faudra attendre encore facilement mi-mars", regrette Olivier Bruno.

Baisser la TVA sur les produits de première nécessité ?

Parmi les propositions immédiates pour le pouvoir d'achat, les "gilets jaunes" proposent notamment de faire baisser la TVA sur les produits de première nécessité. Olivier Bruno a soumis cette idée à la secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique mardi : "Nous avons été écoutés par Emmanuelle Wargon, elle ne voyait pas d'inconvénient à ce sujet. Nous nous pensons franchement que cela peut être des leviers très rapidement mis en place afin d'augmenter le pouvoir d'achat."

Pour lui, le grand débat n'empêchera pas les "gilets jaunes" de poursuivre leur mouvement : "Il est clair que les "gilets jaunes" reprendront le chemin des actions et des ronds-points jusqu'à ce qu'on ait des actes concrets nous permettant d'élever le pouvoir d'achat des Français. [Il est] hors de question de faire une pause."

Vous êtes à nouveau en ligne