Grand débat : "C'est une entourloupe", juge Florian Philippot (Patriotes)

France 2

Sur le plateau des "4 Vérités" de France 2, vendredi 15 mars, Florian Philippot, président des Patriotes, conseiller régional du Grand Est et député européen, revient sur le grand débat et le mouvement des "gilets jaunes".

Le grand débat organisé en France depuis quelques mois touche à sa fin, il a mobilisé des milliers de citoyens un peu partout dans le pays. Permettra-t-il de trouver des solutions aux problèmes soulevés par la crise des "gilets jaunes" ? "Ce grand débat c'était un grand blabla, on a fait parler les gens", estime Florian Philippot, président des Patriotes, conseiller régional du Grand Est et député européen, sur le plateau des "4 Vérités" de France 2, vendredi 15 mars.

"Je n'en attends rien, depuis le départ. On nous propose 1789 mais sans la Révolution, les États généraux, les cahiers de doléances, mais sans aucune décision derrière. La Bastille n'est pas tombée, le roi est toujours là, il n'y a pas eu de nuit du 4 août, les privilèges sont là et on sent bien qu'il n'y aura aucune décision, c'est une entourloupe en réalité", juge Florian Philippot.

Les "gilets jaunes" vont connaître une "belle renaissance"

Il y a pourtant des mesures très concrètes qui sont sorties de ce débat, notamment la réindexation des salaires sur l'inflation, l'augmentation du Smic, la baisse de la TVA sur certains produits. "Ce sont des mots", juge Florian Philippot qui concède notamment qu'ils se transformeront "peut-être" en actes. "On attend une hausse réelle du Smic, aux Patriotes nous demandons 300 euros en cinq ans. On attend la démocratie directe, pourquoi ne crée-t-on pas le référendum d'initiative citoyenne ? L'Italie est en train de le créer, il existe depuis longtemps en Suisse", précise le député européen.

Le mouvement des "gilets jaunes" doit-il continuer ? "Oui, je crois même qu'il va connaître une belle renaissance", estime le député européen, qui salue "un mouvement populaire, démocratique, qui rassemble des gens qui viennent de la gauche, du centre, de la droite".

Vous êtes à nouveau en ligne