Locaux vandalisés, menaces de mort... Plus d'une vingtaine de députés LREM visés depuis le début du mouvement des "gilets jaunes"

La permanence du député LREM Adrien Morenas murée dans la nuit du 26 au 27 novembre 2018, à Carpentras (Vaucluse).
La permanence du député LREM Adrien Morenas murée dans la nuit du 26 au 27 novembre 2018, à Carpentras (Vaucluse). (MAXPPP)

Dernier exemple en date : une députée de Vendée,  Patricia Gallerneau, a découvert dimanche 6 janvier  "un mur de parpaings" devant son garage.  

Menaces et dégradations se multiplient. Depuis le début de la mobilisation des "gilets jaunes", plusieurs députés de la majorité ont subi des agressions, insultes ou menaces. Dernier exemple en date : la députée LREM-Modem de la deuxième circonscription de Vendée, Patricia Gallerneau, a découvert dimanche 6 janvier "un mur de parpaings, édifié par des inconnus dans la nuit, devant l’entrée de son garage" , rapporte Ouest-France. Depuis le début du mouvement mi-novembre, franceinfo a recensé plus d'une vingtaine d'exemples de membres de la majorité pris à partie. 

La permanence d'Anne-Laure Cattelot dégradée

Dans le Nord, c'est la permanence de la jeune députée Anne-Laure Cattelot qui a été prise pour cible par les "gilets jaunes". Dans la nuit du 17 au 18 novembre, son local a été tagué et recouvert d'affiches où était écrit : "En marche racketteur", selon L'Opinion. "C'est très inquiétant pour notre démocratie et notre société", a-t-elle réagi sur BFMTV, en évoquant d'autres menaces auprès de ses collègues députés. 

Des gilets jaunes accrochés devant le domicile de Carole Bureau-Bonnard

Le 20 novembre, la députée de l'Oise, Carole Bureau-Bonnard, a vu débarquer une trentaine de "gilets jaunes" devant son domicile à Noyon. Scandant des slogans tels que "Bonnard au placard", selon le Courrier picard, les manifestants ont ensuite accroché leur vêtement fluo à la grille de la maison. "J'entends et je peux comprendre la colère qui s'exprime, mais pas les violences verbales et physiques", a réagi l'intéressée dans les colonnes du quotidien régional.

Un cercueil devant la permanence d'Olivier Gaillard

A Quissac (Gard), des "gilets jaunes" se sont retrouvés le 22 novembre devant la permanence du député macroniste Olivier Gaillard. Alors qu'ils devaient rencontrer l'élu, les manifestants ont déposé un cercueil avec une pancarte "Macron, Gaillard : dehors", raconte Midi libre. "Sur les réseaux sociaux, le député LREM n'a pas été épargné par les manifestants : insultes et menaces ont été largement diffusées, partagées et commentées, relève le quotidien. 'Il est le prochain sur la liste noire', assure ainsi un individu, proche voisin de l'homme politique." "Il s'agit d'une situation anormale au-delà de ma seule personne. J'en appelle à la responsabilité collective et individuelle des manifestants. Je suis un élu local, de terrain, proche des gens. Il faut renouer le dialogue", a appelé le député gardois face à ses menaces.

Huguette Tiegna subit des insultes racistes

Elle a porté plainte le 23 novembre pour propos racistes et incitation à la haine raciale. Députée du Lot, Huguette Tiegna a été traîtée de "grosse négresse macroniste" en commentaire d'une vidéo postée par un site de la fachosphère, mettant en scène des symboles nazis et des "gilets jaunes", rapporte France 3 Occitanie. Pour Huguette Tiegna, "les 'gilets jaunes' n'ont pas inventé le racisme et n'ont pas le monopole de l'injure mais, parmi eux, certains profitent de la manifestation pour montrer leur vrai visage, avec des propos racistes et des appels à la haine".

Christophe Lejeune menacé à son domicile

Le même jour, une vingtaine de "gilets jaunes" ont tenté de forcer l'entrée du domicile du député Christophe Lejeune, élu dans la 2e circonscription de Haute-Saône. Selon France Bleu Besançon, les individus auraient également "cadenassé la porte d'entrée du domicile de l'élu". D'après l'élu, les manifestants tenaient des "propos hostiles au président Macron et aux députés""Face au nombre, j'ai appelé la gendarmerie et le préfet", a précisé Christophe Lejeune. "La ligne rouge a été franchie", a-t-il encore réagi, dénonçant un acte "totalement inacceptable et inexcusable".

Le domicile de Mireille Robert envahi par des hommes cagoulés

Dans la nuit du 23 au 24 novembre, Mireille Robert a été victime d'une intrusion à son domicile. "Quarante hommes casqués et cagoulés" se sont introduits dans la propriété privée de cette députée LREM de l'Aude, comme l'élue le raconte sur Twitter.

La famille de la députée a tenté de parlementer avec des intrus qui filmaient la scène, mais ils ont quitté "les lieux avant l'arrivée de la gendarmerie", selon France 3 Occitanie"Inutile de dire que je poursuis aujourd'hui mes engagements comme si de rien n'était. Ce genre de chantage renforce au contraire mes convictions démocrates, ma volonté de servir la République et de réformer notre pays si malade", a réagi l'élue sur Twitter.  Elle a également porté plainte. 

La permanence d'Adrien Morenas murée en pleine nuit

A Carpentras (Vaucluse), le 27 novembre, le député Adrien Morenas a pour sa part retrouvé l'entrée de sa permanence murée par des parpaings colmatés avec de la mousse expansive, raconte France 3 Provence Alpes Côte d'Azur. Quelques heures plus tôt, il avait rencontré des "gilets jaunes" dans une ambiance tendue. "C'est aussi navrant que condamnable. Je continuerai cependant à honorer mon mandat", a réagi le député sur son site internet.

La permanence du député LREM Adrien Morenas murée dans la nuit du 26 au 27 novembre 2018, à Carpentras (Vaucluse).
La permanence du député LREM Adrien Morenas murée dans la nuit du 26 au 27 novembre 2018, à Carpentras (Vaucluse). (MAXPPP)

La permanence de Claire O'Petit attaquée à coups de masse

Le 29 novembre, c'est au tour de la permanence de Claire O'Petit, députée LREM de l'Eure, d'être vandalisée à coups de masse à Vernon. La députée a dénoncé sur son site internet "cet acte terrible de violence dans notre démocratie". Et de relier ces faits à sa participation à une émission organisée la veille sur LCI et consacrée aux "gilets jaunes""Si vous ne voulez pas avoir des personnes encore plus pauvres qu'il y a trois semaines, réfléchissez à ce que vous faites", avait-elle notamment reproché à des membres du mouvement. "Mon discours n'a pas plu à certains et ils ont voulu se venger, a-t-elle réagi après la vandalisation de sa permanence. Ce sont des actes inadmissibles et je porterai plainte dès demain."

Des poubelles devant la permanence de Patricia Gallerneau

A La Roche-sur-Yon, la députée vendéenne Patricia Gallerneau a eu la mauvaise surprise de retrouver une dizaine de poubelles déversées et entreposées devant sa permanence parlementaire. Selon Ouest-France, cette action a eu lieu en marge d'une marche de "gilets jaunes" qui a rassemblé 400 personnes dans les rues de la ville.

Des poubelles déversées devant la permanence parlementaire de la députée Patricia Gellerneau à La Roche-sur-Yon (Vendée), le 2 décembre 2018.
Des poubelles déversées devant la permanence parlementaire de la députée Patricia Gellerneau à La Roche-sur-Yon (Vendée), le 2 décembre 2018. (DELPHINE BLANCHARD / MAXPPP)

Elise Fajgeles reçoit des menaces de mort et des messages antisémites

Quelques jours plus tard, c'est la députée parisienne Elise Fajgeles qui a affirmé avoir reçu des menaces de mort. En cause, selon elle, sa prestation le 3 décembre sur le plateau de CNews, où elle a reconnu ignorer le montant du smic. Face à elle, les représentants des "gilets jaunes" avaient vivement réagi. "Et après vous me dites que vous êtes représentative du peuple, s'était écrié l'un d'eux. On devrait vous faire passer un CAP pour être député, c'est hallucinant ce que j'entends !" Reconnaissant "une faute", Elise Fajgeles a cependant estimé que cela "ne justifiait pas de recevoir des menaces de mort".

Le flot ne s'est pas tari. Samedi 8 décembre, l'élue parisienne a publié sur Twitter des exemples de messages antisémites, menaces et insultes qu'elle avait reçus, et s'est dit "atterrée par le niveau de haine dans le débat public".

Florian Bachelier intimidé physiquement

Le député d'Ille-et-Vilaine Florian Bachelier a de son côté confié au Parisien faire l'objet d'intimidations physiques. Lundi 3 décembre, "vers 7h30 du matin, je sortais de mon domicile à Rennes pour me rendre à ma permanence pour recevoir une nouvelle délégation de 'gilets jaunes', quand un homme cagoulé posté devant chez moi me lance une mise en garde sans ambiguïté : il me prévient que si je continue à défendre la politique d'Emmanuel Macron, je prends des risques énormes."

Toujours auprès du Parisien, l'élu de La République en marche a expliqué que ces menaces proférées de vive voix ont été précédées de "tombereaux d'insultes courageusement anonymes sur Facebook ou Twitter", puis de "messages nominatifs sur [son] adresse personnelle qui [lui ont été] envoyés accompagnés de menaces de mort", pour lui comme pour sa famille.

Des lettres de menaces envoyées à Bruno Questel

Elu en Normandie, le député Bruno Questel a lui aussi reçu des menaces. "Je recevais des déferlantes de menaces de mort par mail, raconte-t-il au Parisien le 6 décembre. De la lâcheté exprimée derrière un clavier. Maintenant, ce sont des lettres de haine non anonymes et marquées par des discours de combat. On m'écrit, par exemple, 'Le peuple crève, donc tu vas crever'." "Les députés LREM n'ont pas rejoint Emmanuel Macron pour être menacés de mort au bout de quinze mois de mandat", a-t-il encore regretté sur BFMTV.

Benoît Potterie reçoit une balle et des menaces de mort

Elu à Saint-Omer (Pas-de-Calais), Benoît Potterie, lui, a carrément reçu une cartouche de fusil accompagnée de menaces de mort en ouvrant son courrier, raconte La Voix du Nord : "La prochaine fois, tu te la prends entre les deux yeux", était-il écrit dans l'enveloppe.

"C'est un peu lâche de s'attaquer à un représentant de la nation, c'est inquiétant pour nos institutions et la nation. Nous sommes dans un climat délétère", a regretté le député LREM du Pas-de-Calais auprès du quotidien régional. Il a porté plainte.

La voiture de Jacqueline Dubois incendiée

Dans la soirée du 8 décembre, la voiture de la députée LREM de la Dordogne, Jacqueline Dubois, ainsi que celle de son mari, ont été incendiées, a révélé le président du groupe LREM à l'Assemblée.

Les faits se sont produits devant le domicile de la députée, dans la commune de Vezac (Dordogne). L'élue a appelé à "faire la part des choses" et a dit "ne pas accuser les 'gilets jaunes'". Elle a toutefois rappelé qu'elle avait rencontré des "gilets jaunes" dans la matinée, une rencontre qui de son propre aveu s'est "très très bien passée" avec des "personnes formidables qui sont venues vers moi et qui m'ont exposé leurs difficultés".

La permanence de Marc Delatte vandalisée

A Chauny (Aisne), la permanence du député Marc Delatte a été vandalisée, le 8 décembre. Sur la vitrine de son local, des inscriptions à la bombe de peinture blanche ont été taguées dans l'après-midi, en marge de la manifestation des "gilets jaunes", rapporte France 3 Hauts-de-France. "Démission FDP, gilet jaujaune", était-il écrit. "Ce n'est pas à prendre à la légère. Mais c'est vraiment dommage", a regretté l'élu auprès du journal L'Union.

Des coups de feu tirés devant le domicile de Bruno Questel

Le 14 décembre au soir, "six coups de feu" ont été tirés "devant mon habitation", a tweeté le député de l'Eure Bruno Questel, le 15 décembre. L'élu fait également état de "tentative" d'intrusion dans son domicile, d'"intimidations" et de "menaces de mort à peine dissimulées". Selon France 3, des "gilets jaunes" du rond-point de Bourg-Achard se sont déplacés jusqu'à la rue où il réside à Bourgtheroulde, pour manifester. Certains d'entre eux, hommes et femmes, alcoolisés d'après l'élu, ont tenté de s'introduire chez lui.

La permanence de Guillaume Chiche vandalisée

Le dimanche 23 décembre, au lendemain d'une nouvelle mobilisation des "gilets jaunes", la permanence du député des Deux-Sèvres Guillaume Chiche est découverte vandalisée à Niort. "La porte d’entrée a été étoilée alors qu’un trou 'défigurait' la vitrine principale", explique La Nouvelle République. Une plainte a été déposée, a précisé l'élu sur Twitter.

La permanence de Florent Boudiée taguée

Des inconnus s'en sont pris, dans la nuit du dimanche 30 au lundi 31 décembre, à la permanence du député de Gironde, Florent Boudié, dans le centre de Libourne. Ils ont inscrit à la peinture jaune fluo : "Bonne année islamo-collabo" .  

Selon un communiqué de l'élu, relayé par France Bleu Gironde, ces dégradations "sont vraisemblablement le fait de la mouvance identitaire, antimusulmans et antimigrants". Le député de la Gironde fait aussi le lien avec ses travaux qui portent sur une nouvelle organisation de l'islam de France, mais aussi sur la rétention des enfants étrangers en situation irrégulière. Il annonce qu'il va porter plainte.

La permanence de Sacha Houlié vandalisée

Le député de la Vienne Sacha Houlié a publié, le 4 janvier, sur Twitter, des photos de sa permanence dégradée. On y voit des inscriptions "vendu" inscrites en rouge et de la paille, semble-t-il déposée devant le local. Il annonce aussi avoir porté plainte.

La permanence d'Olivia Grégoire dégradée

Vendredi 4 janvier également, la députée de Paris, Olivia Grégoire, constate que sa permanence parlementaire a été dégradée. Sur une affiche la représentant, "un anglicisme a été tagué sur le front et les yeux abîmés", rapporte-t-elle sur Twitter. Elle annonce qu'une plainte "est en cours".

Jean-François Mbaye reçoit une lettre raciste

De son côté, le député LREM du Val-de-Marne, Jean-François Mbaye, a annoncé, vendredi 4 janvier, avoir reçu une lettre non signée à caractère raciste qui lui promet "une balle dans la tête", selon une copie de la lettre qu'il a diffusée sur son compte Twitter. Le courrier s'en prend également aux députés LREM Laetitia Avia (Paris) et Hervé Berville (Cotes d'Armor). 

Patricia Gallerneau découvre un mur de parpaings devant son garage

La députée LREM-Modem de la deuxième circonscription de Vendée, Patricia Gallerneau, a découvert dimanche 6 janvier "un mur de parpaings, édifié par des inconnus dans la nuit, devant l’entrée de son garage", relate Ouest-France. La cinquantaine de parpaings non scellés ont apparemment été posés dans la nuit. L'élue a réagi sur Facebook, déplorant "l'inutilité du dialogue" avec les gilets jaunes "s'ils viennent en douce de nuit murer le domicile d'une famille".

Vous êtes à nouveau en ligne