"Gilets jaunes" : un manifestant a eu une main arrachée lors d'incidents à Paris

Un \"gilet jaune\" fait face à des gendarmes devant l\'Assemblée nationale à Paris, le 9 février 2019.
Un "gilet jaune" fait face à des gendarmes devant l'Assemblée nationale à Paris, le 9 février 2019. (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)

L'homme a été évacué par les pompiers, un bandage au bout de l'avant-bras, samedi. 

De vives tensions ont eu lieu, samedi 9 février, à hauteur de l'Assemblée nationale, pour la 13e journée de mobilisation des "gilets jaunes". Un manifestant présent dans le cortège parisien a été grièvement touché à la main, ont rapporté des "street-medics", des secouristes volontaires. La blessure – également constatée par des journalistes de l'AFP sur place – est visible sur des images tournées et diffusées sur Twitter par l'agence de presse russe Ruptly. Nous avons choisi de ne pas les diffuser en raison du caractère choquant de la séquence.

On l'a mis sur le côté, on a appelé les 'street-medics', c'était pas beau : il hurlait de douleur, il n'avait plus aucun doigt, il n'avait plus grand-chose au-dessus du poignet.Cyprien Royer, vidéaste amateur et témoin de la scèneà l'AFP

Le manifestant a eu quatre doigts arrachés, ainsi qu'une légère blessure au visage, au moment où les forces de l'ordre intervenaient pour empêcher des "gilets jaunes" de pénétrer dans l'enceinte de l'Assemblée nationale, affirme une source policière à France 3.

Un homme d'une trentaine d'années

La victime a été prise en charge par les pompiers de Paris. Cet homme, âgé d'une trentaine d'années, est "un photographe 'gilet jaune'" qui "prenait des photos des gens en train de pousser les palissades de l'Assemblée", affirme Cyprien Royer, un témoin direct qui a filmé la fin de la scène.

La cause de la blessure n'est pas encore établie avec précision. "Quand les flics ont voulu disperser les gens, il a reçu une grenade de désencerclement au niveau de son mollet, il a voulu mettre un coup de main dedans pour ne pas qu'elle explose vers sa jambe et elle a pété quand il l'a touchée", assure Cyprien Royer. Il est trop tôt pour savoir ce qui a pu le blesser, affirme pour sa part une source policière à France 3. Le manifestant va être certainement opéré, et ne pourra donc pas être immédiatement auditionné.

Vous êtes à nouveau en ligne