"Gilets jaunes" : un dispositif de sécurité adapté ?

Le dispositif de sécurité se retrouve remis en cause. Comment expliquer les débordements à Paris, samedi 1er décembre ? Décryptage.

Y avait-il suffisamment de policiers pour empêcher le chaos dans Paris, samedi 1er décembre ? Un peu partout dans la capitale, les CRS ont été rejoints par des policiers, parfois en civil, mais on ignore combien. Ils ont tenté de contenir les débordements dans les rues adjacentes aux Champs-Élysées (Paris). 4 000 forces de l'ordre pour boucler la plus belle avenue du monde, c'était le dispositif initialement prévu. Ce dispositif pour empêcher les "gilets jaunes" d'accéder aux zones contrôlées a fonctionné. Sur les Champs-Élysées, il n'y a eu aucun heurt. "On se réfugie sur les Champs parce qu'on sait que la zone et sécurisée", souligne un "gilet jaune".

Les casseurs se sont écartés des Champs-Élysées

Mais, à la mi-journée, après que la place de l'Étoile a été envahie puis évacuée, des heurts éclatent à de multiples endroits, jusqu'au jardin des Tuileries. Ceux qui voulaient en découdre ont clairement choisi de s'écarter des Champs-Élysées. Bien plus loin, sur le Boulevard Haussmann, des casseurs se sont mêlés aux "gilets jaunes", ont monté des barricades et jeté sur les forces de l'ordre tout ce qui leur passait sous la main.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne