"Gilets jaunes" : le député "insoumis" Loïc Prud'homme dit avoir été "matraqué" à Bordeaux

Les forces de l\'ordre encadrent la manifestation des \"gilets jaunes\" à Bordeaux (Gironde), le 2 mars 2019.
Les forces de l'ordre encadrent la manifestation des "gilets jaunes" à Bordeaux (Gironde), le 2 mars 2019. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Dans la soirée, l'élu a annoncé avoir saisi l'Inspection générale de la police nationale. Le préfet de la Gironde a apporté son soutien aux forces de l'ordre.

"Emmanuel Macron, c'est open bar de la matraque ?" Le député "insoumis" de la Gironde Loïc Prud'homme a affirmé, samedi 2 mars, vidéo à l'appui, avoir été victime d'un "matraquage sans sommation" alors qu'il quittait "tranquillement" la manifestation des "gilets jaunes" organisée à Bordeaux. "Je saigne de l'oreille"a-t-il insisté.

Le préfet de la Gironde a réagi pour apporter son "soutien total" aux forces de l'ordre, qui ont "correctement fait leur travail", selon lui. Il a souligné que la manifestation "sur un axe interdit" n'avait pas été déclarée et que la dispersion a eu lieu "après sommations".

L'élu porte plainte devant la police des polices

Dénonçant des "propos scandaleux" du préfet, Loïc Prud'homme a annoncé avoir déposé un "signalement" auprès de l'Inspection générale de la police nationale. Il a lancé un appel pour recueillir d'autres images de l'incident et a dit "craindre que celle de la caméra piéton [du policier] soit malencontreusement effacée". L'élu a par ailleurs relayé une vidéo portant sur un autre fait et a interpellé le chef de l'Etat.

Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a dénoncé ce "matraquage". "Il faut arrêter cette dérive, a-t-il insisté. Ce n'est plus la France ça."

Vous êtes à nouveau en ligne