"Gilets jaunes" : situation tendue à La Réunion

France 2

La situation est difficile sur l'île de La Réunion mercredi 21 novembre. Le préfet a imposé un couvre-feu pour mettre fin aux actions violentes observées dans plusieurs villes ces derniers jours.

Le préfet de La Réunion a instauré un couvre-feu sur l’île à la suite de violences qui ont eu lieu dans plusieurs communes. "La nuit dernière a encore été agitée et le couvre-feu n'a pas été respecté dans différents secteurs de l'île. Des violences ont éclaté, notamment à Saint-Denis", explique la journaliste Sophie Gastrin de la chaîne Réunion La Première, en direct de Saint-Denis. "Le commandant du GIPN en personne a été grièvement blessé à la main à la suite de l'explosion d'une grenade lacrymogène et il risque l'amputation", précise Sophie Gastrin qui indique que huit autres policiers ont été blessés lors d'échauffourées à la suite du pillage d'une grande surface dans le quartier du Chaudron.

La Réunion au ralenti

Face à ces violences urbaines qui durent, les syndicats de police réclament des renforts supplémentaires et un escadron de gendarmerie venue de Strasbourg (Bas-Rhin) est attendu dans les prochaines heures. Au cinquième jour de blocage, La Réunion tourne encore au ralenti et 14 barrages tenus par des "gilets jaunes" sont à nouveau en place sur des axes routiers très fréquentés, et ce malgré le fait que l'État allait geler la taxe carburant pour l'ensemble des Réunionnais pour trois ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne