"Gilets jaunes" : qui a commis les dégradations sur les Champs-Élysées ?

Dégradations sur les Champs-Élysées à Paris, en marge du 18e samedi de mobilisation des \"gilets jaunes\", samedi 16 mars 2019.
Dégradations sur les Champs-Élysées à Paris, en marge du 18e samedi de mobilisation des "gilets jaunes", samedi 16 mars 2019. (SUZANNE SHOJAEI / RADIO FRANCE)

Les black blocs ont notamment été pointés du doigt dans les dégradations sur les Champs-Élysées à Paris. Mais certains spécialistes évoquent plutôt des "gilets jaunes" radicalisés.

De nombreuses violences ont eu lieu lors de la mobilisation des "gilets jaunes" de samedi 16 mars. Des dizaines de vitrines ont été brisées, une banque a été incendiée. Christophe Castaner avait averti sur la présence "d'ultra-violents". Certains évoquent l'ultragauche, les black blocs... Mais sont-ce vraiment eux qui ont commis toutes ces dégradations ?

Des personnes inconnues des services de police pour la plupart

Le terme "black blocs" désigne en fait un mode opératoire. Une manière de s'infiltrer discrètement dans les manifestations, en tenue noire, visage caché, pour user ensuite de la violence et cibler tout ce qui représente le capitalisme : banques, grandes marques, mais aussi l'État par le biais des forces de l'ordre. Ses adeptes sont souvent issus de l'ultragauche, certains ont revendiqué leurs actes samedi par le slogan "Feu aux frontières".

Mais certains indices sèment le doute sur leurs auteurs : notamment le grand nombre de magasins pillés. Selon une source policière, à 16 heures seules trois personnes interpellées sur les 140 étaient connues de leurs services.

Des "gilets jaunes" radicalisés, dans une logique "d'appropriation"

En réalité, l'ultragauche ne serait pas nécessairement à l'origine de ces violences. La question se pose et visiblement fait débat au sein même de la police. Si David Le Bars, le secrétaire général du syndicat des commissaires, désigne les black blocs, d'autres sources policières parlent "d'ultra jaunes" pour les trois quarts. Des "gilets jaunes" radicalisés, rompus à l'exercice, violents mais sans servir une idéologie et qui sont "dans une logique d'appropriation et non de dégradation", d'où les pillages sans précédent des magasins de l'avenue des Champs-Élysées.

Selon les informations de franceinfo, le service central du renseignement territorial avait d'ailleurs alerté la semaine dernière le ministère de l'Intérieur sur cette radicalisation de "gilets jaunes", dont un grand nombre viendrait de province. Éric Delbecque, expert en sécurité intérieure, préfère parler d'éléments "ingouvernables", c'est d'ailleurs le titre de son livre (Les ingouvernables, aux éditions Grasset).

Ce genre d'événement sert aussi d'opérations de recrutement.Éric Delbecqueà franceinfo

Des ingouvernables que les ultragauches peuvent recruter en manifestation : "Certains d'entre eux vont au contact de gens particulièrement violents qu'ils ont repérés depuis le début de ces épisodes, explique Eric Delbecque. Ils les accoutument à leur mode opératoire alors que ces gens-là, au départ, ne faisaient pas partie de leur galaxie. Cette démonstration de force permet aussi de faire grossir les rangs, d'en attirer d'autres."

Des condamnations mais aussi des justifications

Du côté des "gilets jaunes", on a entendu samedi des condamnations fermes à l'égard de ces violences, mais aussi, et de plus en plus, une certaine justification. "Qu'est-ce qu'on a comme solution ? Quoi qu'on fasse, on ne nous écoute pas", estime par exemple cette manifestante, qui est descendue dans la rue presque tous les week-ends depuis le début du mouvement. "Ils poussent les gens à la violence. Moi je ne suis pas d'accord avec ça, mais en même temps, je ne vais pas le condamner. Je ne condamnerai jamais ça parce que je comprends. Je ne le ferai pas, mais je le comprends." Cette quinquagénaire a le sentiment que la violence est finalement le seul moyen de se faire entendre.

Vous êtes à nouveau en ligne