"Gilets jaunes" : "On ne va pas cadenasser Paris à moins d’être dans un État policier"

Des policiers arrêtent un manifestant samedi 16 mars sur les Champs-Elysées, à Paris.
Des policiers arrêtent un manifestant samedi 16 mars sur les Champs-Elysées, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

Me Arié Halimi, avocat au barreau de Paris et membre de la Ligue des droits de l'homme, réagit sur franceinfo aux annonces du gouvernement lundi soir à la suite des violences en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris samedi.

"Ce qui m’inquiète, c’est que le gouvernement ne prend pas conscience qu’il faut apporter à ce mouvement et à cette colère sociale une réponse politique", a réagi sur franceinfo mardi 19 mars Me Arié Alimi, avocat au barreau de Paris et membre de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH) après les annonces du gouvernement, suite aux violences en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris samedi.

franceinfo : Le gouvernement propose d’interdire préventivement de manifester. Les textes le permettent-ils ?

Me Alimi : Quand il y a un trouble à l’ordre public, il y a la possibilité d’interdire de manifester mais je ne vois pas la nouveauté, par rapport à ce qui se passait jusqu’à maintenant. Il y a toujours eu des violences dans les manifestations. Certaines manifestations ont été interdites. Maintenant, annoncer une interdiction généralisée, pour moi il n’y a aucune légalité et en termes d’efficacité, on aura beau interdire sur les Champs-Elysées, il y aura d’autres manifestations ailleurs. On ne va pas cadenasser Paris à moins d’être dans un État policier, ce n’est pas le cas pour l’instant. Et j‘espère qu’on n’évoluera pas, avec la glissade en avant du gouvernement en matière de mesures répressives, vers ce type de situation.

Comment prouve-t-on un possible trouble à l’ordre public ?

Avec plusieurs éléments : les messages sur les réseaux sociaux, ou avec des annonces de venues d’un certain nombre de personnes avec la volonté de commettre des violences. Cela matérialise un trouble à l’ordre public et cela peut justifier une interdiction de manifester à un endroit donné mais pas de manière généralisée.

La police va tester les "produits marquants" lors des manifestations. Est-ce un dispositif efficace ?

J’ai l’impression qu’on essaye de trouver au fond du sac des nouvelles mesures pour essayer d’apporter une réponse qui n’est pas politique, malheureusement. C’est une réponse semble-t-il répressive, totalement inefficace. Ce qui m’inquiète, c’est que le gouvernement ne prend pas conscience qu’il faut apporter à ce mouvement et à cette colère sociale une réponse politique. Le gouvernement doit entendre qu’il y a un grand nombre de Français qui sont dans une souffrance terrible et tant qu’une réponse en termes de budget, de finances, d’aides [n'est pas donnée], la colère sociale ne s’apaisera pas et les violences ne s’apaiseront pas.
Je représente en tant qu’avocat une personne qui a été blessée samedi dernier sur les Champs-Elysées et qui a perdu son œil. Et quand j’entends le gouvernement dire qu’on limoge un préfet parce qu’il a demandé la réduction des LBD 40, c’est effrayant. J’aimerais que le gouvernement prenne conscience de cela. Si la colère ne s’apaise pas c’est aussi qu’il y a une solidarité entre les manifestants. Il faut que cesse l’utilisation du LBD 40 en maintien de l’ordre car ce sont des armes qui ne sont pas adaptées. Il faut qu’on s’interroge sur les valeurs de notre société. Est-ce que l’on doit faire primer des vitrines de boutiques ou la vie de personnes qui sont éborgnées et qui perdent leur travail et qui souffrent définitivement ?

Ne craignez-vous pas qu'il y ait plus de contacts entre les manifestants et les forces de l'ordre et donc qu'il y ait encore plus de blessés ?

Il y a des pays où il y a plus de contacts et moins de blessés, en Angleterre par exemple. Encore une fois, le gouvernement réutilise les LBD 40 et on ne permet pas à certains préfets de réduire le LBD 40. Donc, il n’y aura pas plus de contacts, mais une utilisation à distance du LBD 40. [Il y aura] beaucoup de blessés, et probablement des blessés graves. Voilà ce qui va se passer dans les semaines à venir.

Vous êtes à nouveau en ligne