"Gilets jaunes" : l’impact économique

Les violences qui ont touché Paris et toute la France ont touché les commerces. Et à quelques semaines des fêtes de fin d’année, la facture est salée. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a parlé de "catastrophe pour l’économie".

Le père Noël guette les clients aux ronds-points des centres commerciaux. Mais dans tous les commerces de la zone de Plan de Campagne près de Marseille (Bouches-du-Rhône), la situation est très calme. Résultat : les magasins tournent au ralenti. "Sur les quatre derniers week-ends, on a dû perdre 40 à 50% du chiffre d’affaires", regrette ce directeur de magasin. Il n’y aura donc pas de primes de Noël pour les employés. Même constat dans le centre-ville de Marseille, où une même baisse de 40% des chiffres d’affaires des magasins a été constatée. Des retards irrattrapables.

10 milliards de pertes

À Saint-Avold (Moselle), la plupart des magasins a baissé les rideaux. "Toute la ville était fermée (…) derrière, on connaît les difficultés de trésorerie, et en cette fin d’année, ils font beaucoup de chiffre d’affaires, ça va manquer dans leurs caisses", explique un banquier. Selon le patronat, cela pourrait coûter jusqu’à 10 milliards d’euros de perte pour l’économie, sans compter les licenciements. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, est venu à la rencontre des commerçants parisiens, pour exprimer "sa solidarité et aider pour les plus touchés."

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne