"Gilets jaunes" : les traces de la colère en régions

FRANCE 3

Bordeaux, Lyon, Toulouse, Marseille, Nantes, Saint-Étienne... Les villes de France n'ont pas été épargnées par les violences samedi 8 décembre, en marge des manifestations des "gilets jaunes".

Il n'y a pas qu'à Paris que les "gilets jaunes" ont manifesté samedi 8 décembre. Dans plusieurs villes de France, la mobilisation s'est poursuivie. Comme sur ce barrage près de Lille (Nord), les manifestants ne lâchent aucune de leurs revendications, parmi lesquelles, la hausse des salaires. L'un d'eux insiste : "Il faut qu'ils augmentent le Smic". Certains poursuivent leur mobilisation, d'autres constatent les dégâts.

Des élus aussi attaqués

À Saint-Étienne (Loire), Bordeaux (Gironde) ou encore Toulouse (Haute-Garonne), des agents publics sont au travail pour effacer les traces de la colère. Dans les rues, face aux dégradations de la veille, les habitants semblent parfois démunis. Samedi 8 décembre, à la tombée de la nuit, certaines villes françaises se sont embrasées. Une partie des "gilets jaunes" a affronté les forces de l'ordre. Des échauffourées qui ont causé d'importantes dégradations. Les violences ont aussi touché les élus, comme en Dordogne, où les deux véhicules de la députée La République en marche Jacqueline Dubois, ont été incendiés.

Vous êtes à nouveau en ligne