"Gilets jaunes" : les manifestations interdites sur les Champs-Élysées

FRANCE 3

Le Premier ministre a annoncé lundi 18 mars qu'il serait interdit de manifester sur les Champs-Élysées si la présence de casseurs est avérée.

L'avenue des Champs-Élysées panse ses plaies. Deux jours après les violences qui ont émaillé la manifestation des "gilets jaunes" samedi 16 mars, l'annonce de l'interdiction aux manifestants les plus radicaux suscite un certain scepticisme. "Je trouve enfin qu'il y a une mesure d'autorité qui est faite", se réjouit un passant. "Si vous bloquez les Champs, le problème ne sera pas résolu", assure un second au micro de France 3.

Pas une première

Samedi dernier, malgré 5 000 policiers et gendarmes déployés à Paris, les forces de l'ordre n'ont pu éviter ces saccages et violences. Interdire certaines manifestations, filtrer les accès, contrôler les manifestants, ces dispositions existent déjà. Pour la Ligue des Droits de l'Homme, ces nouvelles directives ne changent rien, elles visent surtout un affichage politique.

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement modifie sa stratégie du maintien de l'ordre. Il l'avait déjà fait en décembre dernier après les violences perpétrées sur les Champs-Élysées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne