"Gilets jaunes" : les grandes villes demandent une "réunion d'urgence" pour des indemnisations

Des poubelles brûlées lors de la manifestation des \"gilets jaunes\" à Dijon (Côte-d\'Or), le 9 février 2019.
Des poubelles brûlées lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Dijon (Côte-d'Or), le 9 février 2019. (MAXPPP)

Les pertes sont de l'ordre de plusieurs "millions d'euros", selon France urbaine, qui réunit les élus des grandes villes et métropoles.

La facture commence à s'alourdir. Après 13 semaines de mobilisation des "gilets jaunes", les élus des grandes villes et métropoles ont réclamé, dimanche 10 février, "une réunion d'urgence" au gouvernement.

Commerçants et habitants sont "pris en otage par des casseurs" et les pertes sont de l'ordre de plusieurs "millions d'euros dans nombre de grandes villes (Bordeaux, Dijon, Lyon, Nantes, Paris, Rennes, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse...)", dénonce France urbaine, qui réunit les élus des grandes villes et métropoles, dans un communiqué.

Des pertes d'emploi pour les commerces

L'association "demande au Premier ministre une rencontre avec le ministre de l'Economie (...) et la ministre de la Cohésion des territoires" afin "de définir les modalités d'indemnisation et d'accompagnement, au nom de la solidarité nationale".

Parmi les préjudices subis, ces élus citent, pour "les contribuables locaux", des dégradations de biens publics, la "mobilisation des services de la ville et des forces de l'ordre". Et pour les commerces, des dégradations, des pertes de recettes et des "pertes d'emploi".

Vous êtes à nouveau en ligne