"Gilets jaunes" : plus de 200 enquêtes de la "police des polices" ont été transmises aux parquets

Des \"gilets jaunes\" évacués par la police le 17 novembre 2018 à Quimper (Finistère). 
Des "gilets jaunes" évacués par la police le 17 novembre 2018 à Quimper (Finistère).  (FRED TANNEAU / AFP)

L'Inspection générale de la gendarmerie nationale a quant à elle été saisie de 23 enquêtes dont cinq ont été transmises aux parquets.

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie de 313 enquêtes judiciaires pour des violences policières présumées lors des manifestations de "gilets jaunes" et a transmis, à l'heure actuelle, les deux-tiers d'entre elles à la justice, indique le ministère de l'Intérieur jeudi 31 octobre. L'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a quant à elle été saisie de 23 enquêtes dont cinq ont été transmises aux parquets.

Fin mai, le procureur de Paris Rémy Heitz avait assuré que des policiers mis en cause pour des violences lors de manifestations de "gilets jaunes" seraient renvoyés devant le tribunal correctionnel "d'ici la fin de l'année". Il arrive aussi que des enquêtes IGPN soient classées sans suite.

Selon le décompte du journaliste indépendant David Dufresne, 24 personnes ont été éborgnées depuis le début du mouvement le 17 novembre, cinq ont perdu une main, un a été amputé d'un testicule, un a perdu l'odorat et une "dizaine" de manifestants ont eu d'autres blessures graves (à la mâchoire, au pied, etc.).

Vous êtes à nouveau en ligne