Les sujets du jour
Affaire BenallaAntisémitismeMort de Karl Lagerfeld"Ligue du LOL""Gilets jaunes"#AlertePollution

"Gilets jaunes" : "Les casseurs, ils viennent de banlieue", affirme le député RN du Gard Gilbert Collard

Gilbert Collard, le député Rassemblement national du Gard. (FRANCEINFO)

Le député Rassemblement National (ex-FN) Gilbert Collard se défend de "stigmatiser les banlieues" car "il y a des gens très bien dans les banlieues", ajoute-t-il.

Selon le décompte des autorités, 136 000 personnes ont participé samedi à "l'acte IV" de la mobilisation des "gilets jaunes" dans toute la France. Des manifestations émaillées d'incidents dans plusieurs villes, et notamment à Paris. Le ministère de l'Intérieur a fait état de 1 723 personnes interpellées, dont 1 220 ont été placées en garde à vue.

>> "Gilets jaunes" : véhicules brûlés, commerces pillés... Récit d'une nouvelle journée de chaos dans les rues de Paris

Le député Rassemblement national du Gard, Gilbert Collard, a réagi dimanche 9 décembre sur franceinfo à ces violences, refusant tout amalgame entre les manifestants pacifiques et les casseurs. "Il y a d'un côté les 'gilets jaunes' qui eux n'avaient pas envie de faire des dégâts, ni de s'en prendre aux policiers, simplement de faire passer un message, et de l'autre les casseurs qui depuis des années et des années cassent systématiquement quand il y a des manifestations", a-t-il déclaré.

Des casseurs qui selon lui viennent de banlieue. "Personne n'a le courage de le dire. Il est clair qu'ils ne viennent pas de Disneyland. Si on continue tous à entretenir cette langue de bois, on va pousser à l'extrême limite l'exaspération des gens", prévient-il. "La police sait qu'ils ne viennent pas des couvents, ils ne viennent pas des associations caritatives, ils viennent de banlieue, on le sait", a affirmé Gilbert Collard, ajoutant que "ce n'est pas du reste stigmatiser les banlieues, car il y a des gens très bien dans les banlieues".

Un appel à dissoudre l'Assemblée nationale

Pour le député Rassemblement national, qui "soutient" les "gilets jaunes", "cette contestation nous concerne tous, le peuple ce n'est pas rien. Quand il y a une crise de cette ampleur, il faut dissoudre l'Assemblée nationale et retourner aux urnes", plaide Gilbert Collard.