"Gilets jaunes" : le manque à gagner pour les commerçants sera "supérieur à un milliard d'euros", selon la fédération du commerce et de la distribution

À Paris, quartier de l’Opera, des commerçants protègent leurs vitrines vendredi 7 décembre veille de mobilisation des \"gilets jaunes\". Ils resteront rideaux baissés samedi.
À Paris, quartier de l’Opera, des commerçants protègent leurs vitrines vendredi 7 décembre veille de mobilisation des "gilets jaunes". Ils resteront rideaux baissés samedi. (XAVIER MEUNIER / FRANCE-INFO)

Jacques Creyssel, le délégué général de la FCD, s'attend à un impact économique très lourd de la mobilisation des "gilets jaunes".

Les répercussions du mouvement des "gilets jaunes" pour les commerçants partout en France seront très importantes. La FCD (fédération du commerce et de la distribution) tire la sonnette d'alarme et estime que le manque à gagner sera "supérieur à un milliard d'euros". Jacques Creyssel, son délégué général, appelle le gouvernement à prendre des mesures pour aider les commerçants dont beaucoup "risquent de mettre la clé sous la porte" en raison de cette crise.

Des centaines de magasins sont bloqués presque toute la semaine et les entrepôts ne peuvent plus livrerJacques Creysselfranceinfo

"Les trois premiers week-ends de manifestations ont occasionné des reculs importants du chiffre d'affaires des commerçants. Moins 35% le premier week-end, moins 20% le suivant, et encore moins 20% le week-end dernier", a détaillé Jacques Creyssel. "Le mois de décembre, c'est deux fois ou trois fois le chiffre d'affaires normal. Alors beaucoup de commerçants risquent d'être en grave difficulté", s'inquiète le délégué général.

 Les trois quarts des magasins étaient fermés samedi à Paris. A Saint-Etienne, les quatre centres commerciaux ont été empêchés d'ouvrir.Jacques Creysselfranceinfo

Une crise qui touche tous les commerçants, selon le délégué général de la fédération du commerce et de la distribution (FCD). Mais le secteur du jouet, et celui de l'alimentation sont particulièrement en difficulté. "Pour le secteur du jouet, c'est déjà 120 millions d'euros de manque à gagner avec un report en plus très fort des clients sur Amazon, alors que le secteur est déjà en difficulté", a dit Jacques Creyssel. "Du côté de l'alimentaire, beaucoup du manque à gagner n'est pas reportable. Il y a aussi beaucoup de produits frais qui ont dû être jetés. Il y a un gâchis absolument terrifiant tout au long de la chaîne alimentaire", a ajouté le délégué général de la fédération du commerce et de la distribution.

Des emplois en danger

Interrogé sur les répercussions de la crise des "gilets jaunes" en termes d'emploi, Jacques Creyssel a estimé qu'elles étaient déjà "très lourdes", avec "beaucoup de magasins en chômage partiel". Et beaucoup moins de recours aux intérimaires ou aux contrats courts pour la période de Noël que d'habitude."Je peux vous donner les chiffres d'une grande enseigne, qui comptait recruter 5 000 personnes en renfort pour la période de Noël. Ils se sont limités à 1 000 personnes", a déploré Jacques Creyssel.

La FCD interpelle le gouvernement et lui demande de prendre des mesures exceptionnelles pour soutenir l'emploi dans ce secteur. Il propose notamment une ouverture "beaucoup plus large" des magasins le dimanche "tout au long de l'année 2019", pour tenter de rattraper les pertes de cette fin d'année. Sinon, dit-il encore, "c'est Amazon qui va être le grand vainqueur de tout ceci , alors qu'Amazon ne paye pas d'impôt". 

Vous êtes à nouveau en ligne