"Gilets jaunes" : "Le gros travail judiciaire permet de distinguer plus clairement les casseurs des manifestants"

Des manifestants font face aux forces de l\'ordre à Paris, le 19 janvier 2019.
Des manifestants font face aux forces de l'ordre à Paris, le 19 janvier 2019. (VALERY HACHE / AFP)

La porte-parole de la gendarmerie nationale a évoqué l'action des forces de l'ordre après la nouvelle mobilisation des "gilets jaunes" samedi.

"Le gros travail judiciaire qui est fait permet de distinguer plus clairement les casseurs des manifestants 'gilets jaunes'. Cela a permis d'écarter d'un certain nombre de cortèges des gens qui venaient pour de très mauvaises raisons, qui venaient pour en découdre, pour casser, pour détruire et violenter", a expliqué samedi 19 janvier sur franceinfo Maddy Scheurer, porte-parole de la gendarmerie nationale, après la nouvelle journée de mobilisation des "gilets jaunes". La préfecture a fait état d'une vingtaine d'interpellations à 17 heures à Paris, loin des chiffres des dernières semaines.

Pour tous ces gens, la réponse, c'est la fermeté.Maddy Scheurerà franceinfo

"Il y a 15 jours, il y a eu une tentative d'intrusion dans une caserne à Dijon (le 5 janvier). Le temps de l'enquête étant maintenant terminé, on a pu aboutir à l'incarcération de deux personnes qui avaient violenté un gradé à coups de barres de fer", a raconta Maddy Scheurer. "On compte sept blessés lors de cette agression à Dijon. Nous menons encore de nombreuses enquêtes judiciaires pour des faits de violences et de dégradations". Quatre suspects, interpellés mercredi, ont effectivement été jugés vendredi en comparution immédiate.

"De plus en plus, les manifestations sont déclarées. Si on arrive à faire respecter cela, on retrouvera une forme de normalité dans la manifestation", s'est félicitée Maddy Scheurer.

Vous êtes à nouveau en ligne