"Gilets jaunes" : la principale coordination des intermittents appelle à rejoindre le mouvement

Manifestation de \"gilets jaunes\" près des Champs-Elysées, à Paris, le 8 décembre 2018.
Manifestation de "gilets jaunes" près des Champs-Elysées, à Paris, le 8 décembre 2018. (YANN CASTANIER / HANS LUCAS / AFP)

 La CGT-Spectacle a lancé, mardi, un appel à la "grève illimitée".

Ils emboîtent le pas de la contestation. La principale coordination des intermittents a annoncé qu'elle rejoignait les "gilets jaunes", lundi 10 décembre, pour "davantage de justice sociale et fiscale""C'est avec ces 'gilets jaunes' que nous devons porter nos revendications sur l'assurance-chômage, ainsi que nos autres revendications. Nous appelons à ce que ces mobilisations et blocages se poursuivent dans la grève générale, sans laquelle nous ne gagnerons pas", indique le collectif.

La CGT-Spectacle a de son côté déposé, mardi, un préavis de "grève illimitée" à compter du 18 décembre. Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT-Spectacle, juge, au regard des annonces faites lundi soir par Emmanuel Macron, "inadmissible que le président de la République tourne le dos aux revendications légitimes des salariés du privé et du public, des privés d'emplois, des jeunes et des retraités".

"Une augmentation des salaires"

"La justice fiscale avec le rétablissement de l'impôt sur la fortune, l'augmentation des pensions de retraites, le développement du service public de la culture comme ailleurs", comptent parmi les principales revendications de la CGT-Spectacle.

Le syndicat a plusieurs revendications. Il réclame notamment une "augmentation des salaires", "l'amélioration ou a minima le maintien des droits à l'assurance chômage que le gouvernement et le patronat veulent attaquer dans la négociation rouverte en septembre, en visant particulièrement les intermittent-e-s du spectacle" et le "droit à la formation professionnelle permettant notamment la reconversion professionnelle".

Vous êtes à nouveau en ligne