"Gilets jaunes" : "Il est temps que chacun reprenne ses esprits, que les responsables politiques jouent l'apaisement", estime Yannick Jadot

franceinfo

L'eurodéputé Europe Écologie Les Verts (EELV), Yannick Jadot s'est dit "très choqué" dimanche par la violence du sixième acte de la mobilisation des "gilets jaunes".

Invité dimanche 23 décembre de l'émission "Questions politiques", l'eurodéputé Europe Écologie Les Verts (EELV) Yannick Jadot a estimé qu'il était "temps que chacun reprenne ses esprits" et a plaidé pour que "les responsables politiques jouent l'apaisement". "Très choqué" par les images d'hier lors de l'acte 6 de la mobilisation des "gilets jaunes", il estime qu'un "certain nombre de représentants politiques, loin de jouer l'apaisement, jouent l'embrasement".

"On a dépassé les limites"

"Je crois que ça suffit ! Quand vous avez des policiers qui sont quasiment lynchés, quand vous avez en Charente un procès organisé et où l'on décapite une effigie du président de la République, on balance du faux sang, on brûle... C'est extrêmement choquant !", a énuméré l'ancien candidat d'EELV à l'élection présidentielle de 2017. "Quand vous avez des manifestants qui vont à Montmartre pour soi-disant 'commémorer la commune' et qui font la quenelle et qui instrumentalisent le beau chant des partisans pour en faire un chant antisémite, je me dis que là on a dépassé les limites", a affirmé Yannick Jadot.

En première ligne, il y a des politiques "irresponsables" d'après lui, ceux du Rassemblement national. "Mais on n'est pas surpris", a taclé Yannick Jadot. Vient ensuite "Thomas Guénolé, responsable de La France insoumise, dire des manifestants à Montmartre qui ont [tenu] un discours antisémite, un discours d'extrême droite : 'Bravo, c'est magnifique ces "gilets jaunes" qui se ré-emparent de la commune !'", a ajouté le député européen.

"La responsabilité politique, ça n'est pas de construire des haines"

"On a eu ces derniers jours François Ruffin citer [Étienne] Chouard [concepteur du référendum d'initiative populaire] qui est un type rouge brun. Pourquoi ? Ce n'est pas redonner le pouvoir au peuple, c'est tuer toute démocratie, c'est ça qu'il y a derrière ce discours-là", a-t-il continué. "Le même [François] Ruffin qui allait devant l'Élysée dire : 'Si Emmanuel Macron continue comme ça, il va se prendre une balle comme Kennedy'. Mais on est où dans la responsabilité politique ?", s'est interrogé Yannick Jadot.

Vous êtes à nouveau en ligne