"Gilets jaunes" : des porte-paroles contestés

France 3

Huit représentants des "gilets jaunes" ont été désignés pour aller discuter à l'Élysée au cas où. Mais l'initiative ne plaît pas à tous sur le terrain. Les manifestants n'ont pas envie de laisser leur place.

À peine annoncée sur les barrages lundi 26 novembre, la composition de la délégation des "gilets jaunes" fait débat. L'élection de huit porte-paroles censés défendre leurs revendications auprès du gouvernement n'est pas du goût de tout le monde. Aucun des huit ne vient du nord ou de l'est de la France. D'autres grincent des dents. Le Toulousain Benjamin Cauchy, très présent sur les plateaux de télévision, a été écarté, étant marqué beaucoup trop à droite selon certains "gilets jaunes".

Baisse des taxes et assemblée citoyenne

Les représentants sont porteurs de deux revendications principales : la baisse des taxes et la mise en place d'une assemblée citoyenne. La réponse est désormais entre les mains du gouvernement. Les "gilets jaunes" ont reçu le soutien des sénateurs, qui ont voté le gel de la hausse sur la taxe sur les carburants.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne