"Gilets jaunes" : selon Christophe Castaner, la mobilisation de samedi a rassemblé des "brutes" et des "voyous"

Christophe Castaner, ministre de l\'Intérieur, à l\'Elysée, le 7 novembre 2019.
Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, à l'Elysée, le 7 novembre 2019. (ALAIN JOCARD / AFP)

Le ministre de l'Intérieur a estimé qu'il y avait "peu de manifestants" dans le cortège de samedi. 

Des "brutes" et des "voyous". Interrogé dans "Le grand rendez-vous" Europe 1-CNews-Les Echos, dimanche 17 novembre, le ministre de l'Intérieur a dénoncé la violence de la manifestation des "gilets jaunes" lors de la journée de mobilisation la veille à Paris. "Hier, ce qu'on a vu, c'était effectivement peu de manifestants, mais des brutes et des voyous qui étaient venus pour en découdre avec les forces de l'ordre", a estimé Christophe Castaner.

Le premier anniversaire du mouvement des "gilets jaunes", auquel ont participé 4 700 personnes dans la capitale d'après les autorités, a été émaillé de violences entre manifestants et forces de l'ordre. Une manifestation, prévue au départ de la place d'Italie, a été annulée malgré son autorisation préalable.

Des manifestations particulièrement violentes

Des voitures ont été renversées, du mobilier urbain cassé et des feux allumés sur cette place du sud-est de Paris, où des projectiles, notamment des pavés, ont été lancés contre les forces de l'ordre et contre des vitrines de magasins. Un monument en hommage au maréchal Juin a été vandalisé. Pour disperser les manifestants, la police a fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau.

A Paris, 155 personnes, dont huit mineurs, étaient en garde à vue dimanche à 10 heures. D'autres rassemblements sont prévus dans la journée pour marquer le premier anniversaire de cette contestation. Neuf personnes ont été interpellées dans la matinée, après 372 contrôles préventifs, a indiqué la préfecture de police. 

Vous êtes à nouveau en ligne